Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

À   P R O P O S   D E S   C O L L A G E S
Q U E   V O U S   T R O U V E R E Z   
T O U T   A U   L O N G   
D E   S A M A R K A N D !   S A M A R K A N D !

. . . . . .

Nous avons demandé à leur auteur – Philippe Lemaire – de se présenter, il nous a répondu par un modeste et touchant courrier qu’il lui semblait difficile de le faire. Comme nous n’avons pas trouvé de meilleur moyen
de vous introduire son formidable travail sans tomber dans un panégyrique, voici un extrait de la lettre en question, enfin,
peut-être:

Les collages que je vous ai adressés ont été réalisés entre 2001 et 2005. Jusqu’en 2001, la plupart de mes collages, composés à partir de photos, étaient en couleur. L’utilisation de gravures anciennes est donc pour moi assez récente.

Par sa simplicité d’accès, la technique du collage m’est toujours apparue comme la meilleure façon possible de prolonger la fameuse devise arrachée aux Poésies de Lautréamont: La poésie doit être faite par tous. Non par un. Le collage est pour moi la façon la plus immédiate, la plus évidente, d’accéder à la poésie: jouer avec les images, éparpiller les pièces du monde et les remonter à ma façon. Il existe un vrai plaisir à jouer librement avec elles en les découpant, en les déchirant, en les combinant dans un ordre différent de l’ordre logique. Bouleverser l’ordre des images comme la poésie bouleverse l’ordre des mots ne peut suffire à changer le monde, mais cela permet au moins de le voir et de l’imaginer autrement. Cela change un petit peu la vie et cela permet de partager un peu ses rêves.

En redécouvrant à ma façon, ces dernières années, le charme du collage en noir et blanc, réalisé à partir de gravures du XIXe siècle, je me place dans une situation un peu paradoxale en ce début du XXIe siècle, où le règne de l’image prend des formes très différentes.
Les illustrations que j’utilise ne sont pas travaillées à l’ordinateur.

Elles proviennent directement de romans populaires ou de revues tels que Le Tour du Monde, Le Journal des Voyages, Le Monde Illustré, Le Magasin Pittoresque… Des titres qui sont déjà un appel au rêve. Avant toute intervention de ma part, elles portent la marque du romantisme et possèdent souvent une dimension fantastique en rapport avec la littérature et les tourments du temps: matérialisme conquérant, angoisse sociale, conquête du monde et prémices de la mondialisation… En les réutilisant bien avant moi, Max Ernst «l’alchimiste» avait su créer son propre monde sans en altérer la magie, en les propulsant dans une dimension nouvelle et inconnue. Les collages de Max Ernst sont une des plus belles manifestations de l’alliance secrète entre les deux grandes insurrections poétiques de l’époque moderne: celle du romantisme au xixe siècle, et celle de dada et du surréalisme au XXe. À l’aube d’un nouveau siècle où le matérialisme se transcende en hyper-matérialisme et où la poésie n’a plus de place que dans les marges, il me semble que ces précédentes tentatives pour repoétiser le monde ont encore quelque chose à nous apprendre.

La Nouvelle Revue Moderne que j’anime depuis 2002 est un caillou minuscule dans le jardin de la littérature, mais participe aussi de cet état d’esprit. Elle est l’occasion de mettre en rapport mes collages avec certains des textes publiés, ou encore de nouer des collaborations avec des auteurs qui, comme Jacques Abeille ont souhaité parfois s’en inspirer.

Je vous ai livré ces quelques éléments en évitant d’être trop prolixe. Vous trouverez sous ce pli deux textes critiques publiés antérieurement (Guy Ferdinande et Armand Olivennes), ainsi que quelques notes que j’avais prises après avoir réalisé le collage Les Acrobates oniriques, que je vous ai confié et qui a initié pour moi cette série de collages en noir et blanc.

Je vous souhaite bonne réception de l’ensemble et vous remercie pour l’attention portée à mon travail,

Philippe Lemaire

 

Retour à Samarkand ! Samarkand !

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E