Ils ont dit de Samarkand! Samarkand!

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

 

I L S    O N T    D I T    D E
S A M A R K A N D !    S A M A R K A N D !

. . . . . .

Samarkand ! Samarkand !

Monsieur Toussaint Louverture, numéro quatre

Ce cri de vigie, au sortir des brumes annuelles post-festives, est un appel au merveilleux. Samarkand, pour la petite histoire, fut une capitale de l’empire ottoman. Elle se trouve aujourd’hui en Ouzbékistan. Fondée au XIVe siècle par Timur Lang (Tamerlan, en V.F.), qui n’était pas la moitié d’un mégalomane puisqu’il se prétendait l’héritier de Gengis Khan, Samarkand fut un centre intellectuel et artistique au rayonnement cosmique (j’exagère à peine).

Ce nouvel opus de l’équipe de Monsieur Toussaint Louverture mérite le qualificatif de « super », si cher à ses concepteurs. Pourquoi est-il “super” et pas juste “bien” ? C’est parce que cette revue, débordant d’enthousiasme, est réalisée avec de petits moyens et qu’en voyant le résultat du travail de ces jeunes gens, on ne peut qu’être absolument ébloui (par très beau temps, de préférence). Une qualité de papier largement satisfaisante, une couverture joviale et décalée, des illustrations aberrantes de créativité. Un petit livre qui mériterait sa place dans la bibliothèque de des Esseintes, le dandy d’A rebours, de J.K. Huysmans.

Mais surtout, et c’est essentiel, douze histoires remarquables. Douze contes de styles très différents (de la pureté Hemingwayienne à la complexité de Kafka) ayant pour thématique enfouie un lieu magique, utopique, une atmosphère confinant à la rêverie. Dans la diversité de ces textes, il y a toujours un espace qui canalise nos émotions vers le fantastique.

Que ce soit en pays de Caux, avec Aube, de Matthias Gosselin, ou au Mexique (Le diable ne se paye pas en Tequila, de Didier Rouge-Héron), on a l’impression de flotter entre les lignes, hors du temps ! Tout les univers oniriques de ces auteurs s’offrent à vous pour une poignée de dollars (nous acceptons aussi les euros).

Le numéro quatre de Monsieur Toussaint Louverture est un instant de détente, il faut s’y jeter à corps perdu, comme l’indique la gravure du très joli marque-page d’Anne Careil qui accompagne ce livre. Et, une fois arrivé à Samarkand, espace de liberté artistique, laisser libre cours à la poésie, à l’innocence et au rire.

PS : L’abus de parenthèses étant dangereux pour la santé, je vous recommande de lire ce texte en les évitant soigneusement.

Jean-Louis Benavent

. . . . . .

Monsieur Toussaint Louverture, la suite

Samarkand ! Samarkand ! : c'est le titre du nouveau numéro de la vaillante revue de nouvelles Monsieur Toussaint Louverture, toujours plus loufoquement belle sous sa couverture verte ou bleue en relief et avec ses gravures signées Philippe Lemaire. Au sommaire, des textes de Christian Zorka, Didier Rouge-Héron, Céline Robinet ou Pierre Cendors, entre autres ; informations, commandes et textes inédits sur le site de la revue.

Chronic'art.

. . . . . .

Monsieur Toussaint Louverture qui «présente aujourd'hui Samarkand! Samarkand!», je cite, n'est ni une revue ni un livre mais, émanant de Midi Pyrénées, un objet intermédiaire empruntant au livre pour la forme et au spicilège (recueil varié de découpures d’écrits, d’images et de notes) pour les douzes participations qui constituent son contenu. Sur le versant livre, c'est une réalisation d'une préciosité indéniable: la couverture en relief avec dorure à chaud! les Garamond! le Centaur naturel 110 gr!… La bibliophilie ne peut qu'être conquise. Sur le versant anthologie: douze nouvellistes inconnus au bataillon ayant pu aboutir chez les maîtres d'œuvre par voie électronique (j'indique aussi que leur site est un modèle de clarté). Enfin, cerise sur le gâteau, les reproductions des collages de Philippe Lemaire qui ajoutent la touche «fin de siècle» de définitive à cet ouvrage.

Comme un terrier dans l'igloo…
dans la dune!

 

Samarkand! Samarkand!

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E