Le Matricule des Anges, avril 2005.

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

 

I L S   O N T   D I T   À   P R O P O S
D E   N O T R E   D E R N I E R   R E C U E I L
D E   N O U V E L L E S

. . . . . .

Étonnante revue que voici. À l’heure où c’est plutôt vers la minceur que vont les revues de littérature Monsieur Toussaint Louverture n’en fait qu’à sa tête et publie 224 pages, illustrées de nouvelles, et plutôt des bonnes. À Marmande ? Pourquoi pas ! On y trouve de tout et presque tout, mais rien que du 1er choix, ce n’est pas si courant. Des choses glissées entre les pages, des dessins à foison, d'un texte sur les livres, une jeune fille et un violoncelle, une pièce manquante à un dossier archivé, des poèmes, des pères et des épeires, la vraie vie et la vraie vie de la littérature quoi, la vie de Monsieur Toussaint Louverture. On peut les encourager, les remercier, les embrasser par carte postale, ils adorent ça. Nous aussi.

Claude Chambard, La lettre d'Aquitaine.

. . . . . .

Une ouverture dans l’écriture

Normalement, personne n’achète de revues littéraires. À moins de travailler dans l’édition ou d’être prof de lettres, à la limite. Dommage, se sont dit une poignée de jeunes gens marrants et doués, il y a deux ans. alors ils ont créé Monsieur Toussaint Louverture, une “nouvelle revue de nouvelles” plutôt surprenante. Prenant le contre-pied de tous les travers du milieu littéraire, ils ont réussi à la publier sans le soutien d’une grande maison parisienne, depuis leur trou paumé, entre Toulouse et Bordeaux. Avec un peu de chance, vous trouverez encore en librairie le numéro 3. Dans ce recueil sous-titré “Aimez-nous, aimez-nous, aimez-nous vite!”, on trouve “Bacchus, Thomas Pynchon, Lovecraft, un voyeur, des araignées et pour la première fois un reportage sur la Coupe du Monde de tricot”. Le dernier numéro paru, lui, est une sorte de hors-série “spécial poésie” et, cette fois, on a droit à des textes de Richard Hell, Lydia Lunch ou encore Asia Argento. Mais avant tout, Monsieur Toussaint Louverture aime qu’on (lui) écrive.

Jalouse, juin 2005. (Ça va en rendre plus d’un jalouse…)

. . . . . .

« Monsieur Toussaint Louverture est un sacré personnage, sans doute, mais on ne sait rien de lui, si ce n'est qu'il donne son nom à cette revue. Une "nouvelle revue de nouvelles" qui m'aura été signalé dans un commentaire sur ce blog, et que j'ai aussitôt commandé. Je ne suis pas déçu, ce n'est rien de le dire, par le paquet reçu par la poste. Une revue, peut-être, mais un vrai livre, assurément. D'abord, signalons, c'est la moindre des choses, que les textes présentés ici sont bons, voire excellents. Je vous souhaite de les découvrir comme je l'ai fait, sans en savoir grand chose, si ce n'est qu'ils sont intéressants, diablement. Et variés.
On trouve de tout ici, y compris des réflexions sur ce qu'est un livre, ce qui se passe pendant les vendange, ou à quoi rêve les téléopératrices de l'autre bout du monde qui vous répondent dans un français impeccable que, oui, vous pouvez souscrire une merveilleuse police d'assurance. On trouve même des prospectus glissés entre les pages, et, dans l'exemplaire que j'ai reçu, une photographie avec un texte manuscrit au dos.
C'est beau, subtil, sérieux sans se prendre au sérieux, plein d'humour, donc. Franchement une belle découverte. Merci.»

Livre du jour, mai 2005.

. . . . . .

« Après les “Préliminaires” et “Numerista”, le troisième numéro de “Monsieur Toussaint Louverture”, la nouvelle revue de nouvelles, affiche toujours aussi fièrement son graphisme sobre et classieux, et son ton rafraîchissant. À l'intérieur, sous le bandeau jaune et même dessus, des textes vraiment drôles et des histoires inattendus. Pour les gourmands (et aussi pour savoir où l'acheter) il y a du rabe sur www.monsieurtoussaintlouverture.net »

Technikart, mai 2005.

. . . . . .

« Voici une revue à la présentation soignée qui par ses références et ses appels enthousiastes en direction du lecteur peut laisser perplexe. Farce potaches, culte du non-sens ? Douze longs textes plus tard, toujours pas de réponses. Toutefois, vous aurez silloné avec Monsieur Toussaint Louverture des mondes incongrus et cocasses proposés par de jeunes auteurs, tels Julien Campredon, qui nous offre une réécriture toute décadente des vendanges sur fond de Clash, ou encore Pierre Cendors – son grave et abouti Solander invite à une quête mélancolique et métaphysique, celle d’un écrivain oublié de tous. Signalons les illustrations d’Anne Careil. »

Le Matricule des Anges, avril 2005.

L'énigmatique recueil de Monsieur Toussaint Louverture.

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E