Watership Down à zombieland / Comparaison Watership Down-The Walking dead

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact

.

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres
d’Emil Ferris vient de recevoir le Prix de la meilleure
bande dessinée – le Fauve d’Or à Angoulême !

Ce que cela coûte, de W.C. Heinz,
un bijou de la littérature américaine
est disponible en librairie.

.

W A T E R S H I P   D O W N
À   Z O M B I E L A N D

PAR DOUG GOODMAN

. . . .

La ressemblance entre lapins et zombies n’est pas frappante à première vue. (D’ailleurs, à quand un film sur les lapins zombies ?) Ce n’est qu’après avoir lu la moitié de Watership Down que cette évidence m’a frappé comme un mort-vivant surgissant de nulle part : The Walking Dead, c’est simplement Watership Down avec des zombies !

Avant de comparer ces deux œuvres, il faut préciser que Watership Down ressemble plus à L’Odyssée d’Homère qu’aux aventures de Pierre Lapin. Ce roman est une véritable épopée narrant le périple d’un peuple qui se soulève contre des tyrans pour fonder leur propre société.

The Walking Dead
montre comment survivre au jour le jour dans un monde extrêmement cruel et… réaliste. Réaliste n’est probablement pas le premier mot qui vient à l’esprit pour décrire un film de zombie, mais cette notion est importante. Une fois qu’on se dégage de l’idée de morts-vivants errant sur la Terre, l’intrigue s’inscrit en fait dans la tradition des histoires de survie.

C’est cet aspect qui rend Watership Down et The Walking Dead si semblables. Comme Rick Grimes et sa famille, Hazel et ses compagnons sont à la recherche d’un endroit qu’ils pourront appeler leur chez eux, dans le monde réel. Richard Adams s’est inspiré de La vie secrète des Lapins du naturaliste Robert Lockley pour écrire son histoire de lapins guerriers en conservant les caractéristiques des vrais lapins. Dans leur tentative de créer leur propre communauté, les lapins sont confrontés à différents types de sociétés. Après s’être échappés d’une mystérieuse garenne dans laquelle les habitants sont étrangement paisibles et bien nourris mais cachent en réalité un lourd secret, ils trouvent une ferme où vivent plusieurs lapins qui ont vécu toute leur vie dans un clapier, ont été nourris, soignés et dorlotés par des hommes et qui sont donc incapables de prendre des décisions. Ils ressemblent à certaines communautés de Washington D.C. que Rick Grimes rencontre, dont les habitants ne sont pas habitués à repousser des zombies. Contre toute attente, les héros lapins finissent par trouver le parfait petit foyer. (Yeah ! Carottes pour tout le monde ! ) C’est la colline de Watership Down qui constitue une zone de sécurité semblable à celles des films de zombies : une maison, un centre commercial ou même un tank. Cet endroit offre avant tout une protection contre les prédateurs : vilou ou zombies selon le cas.

Malheureusement pour les survivants de The Walking Dead, après être arrivés à la prison abandonnée avec ses barrières massives, ils entrent en conflit avec une communauté fondée et gouvernée par un tyran maniaque : «Le Gouverneur». Dans Watership Down, l’équivalent de Woodbury est la garenne d’Effrefa, commandée par le redoutable général Stachys. Le Gouverneur et le Général ont en commun le même besoin tyrannique de contrôler les habitants et leur société.

À présent, parlons zombies. Cerveaux ! Cerveaux ! Cerveaux ! Miam ! Miam ! Les zombies jouent un rôle crucial dans The Walking Dead et Watership Down, et ce, même si vous ne vous souvenez pas avoir vu de lapins dévorer les tripes d’un autre lapin (pardon!) The Walking Dead n’existerait pas sans zombies. Ils sont le rappel permanent de la situation précaire de l’humanité, et ils sont partout, dans les granges, les maisons les fossés, les gymnases, et ainsi de suite. Ils patientent jusqu’au moment où vous vous y attendez le moins pour vous mordre la cheville et mettre un terme à votre triste vie. Ils sont la Horde, la multitude; et dans Watership Down, ils sont les vilou, les Mille en langage lapin, c’est-à-dire tous les prédateurs qui s’attaquent aux lapins et qui, comme les zombies, jouent le rôle de retournement de situation dans l’intrigue. Plus important encore, les Mille sont là pour rappeler aux lapins que peu importe ce qu’ils font, aucune civilisation ne peut bannir la mort, un des sujets majeurs du roman. Que ce soit la maladie des Yeux Blancs ou Le Lapin Noir d’Inlè, un renard ou une belette, la mort plane toujours.

Se nourrir, se battre, fuir et se reproduire sont les principales motivations de ces deux œuvres. Dans Watership Down, tout tourne autour du fait d’avoir des lapereaux. Dans The Walking Dead, l’un des grands mystères est de savoir comment les enfants peuvent grandir dans un monde cruel, et si oui ou non il faut mettre au monde des enfants dans cet univers mort-vivant. Peut-être que dans la série les survivants en viendront à la même conclusion que les lapins et décideront qu’avoir des petits est l’élément clé pour assurer la pérennisation de leur communauté.
 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E