Zuleika Dobson de Max Beerbohm

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

Z U L E I K A   D O B S O N
U N E   H I S T O I R E   D ’ A M O U R
À   O X F O R D

U N   R O M A N   F A C É T I E U X
D E
   M A X   B E E R B O H M

. . . . . .

Zuleika Dobson passe à la télévision. Youpie!

À propos de Max Beerbohm

Articles (en français) : Livres hebdo,
New York Times, Washington Post,
The Virgin suicides

Feuilleter quelques pages

. . . . . .

Attirante, séduisante, fascinante… la jeune Zuleika Dobson l’est sans aucune limite. Prestidigitatrice de renommée mondiale, elle parle comme un écrivain fin de siècle et traîne, en vraie femme fatale, autant de bagages que de prétendants. Lorsqu’elle peut enfin rendre visite à son grand-père, recteur d’Oxford, tous les étudiants tombent inévitablement à ses pieds. Malheureusement pour eux, elle ne pourra aimer qu’un homme totalement imperméable à ses charmes… Si bien que tous décident — par dandysme, par amour ou encore par bêtise —, en une macabre contagion, de mourir pour elle.

Histoire d’amour, de suicide collectif et de régates nautiques, cette fantaisie raffinée, magnifiquement écrite, emporte la rigide Oxford et ses acteurs — jeunes hommes transis d’amour, fantômes en colère, dieux calculateurs et statues inquiètes — dans un tourbillon d’extravagances.

Zuleika Dobson

Zuleika Dobson est une œuvre rare et rafraîchissante, exquise réussite d’un écrivain trop méconnu. Né en 1872, «l’incomparable Max» Beerbohm, comme l’avait surnommé George Bernard Shaw, était victorien jusqu’à un certain point, ironique jusqu’à un autre et espiègle sur toute la ligne. Caricaturiste de talent, critique littéraire proche d’Oscar Wilde, ami de Somerset Maugham et de Truman Capote, c’est non sans panache qu’à 23 ans il publie ses œuvres complètes…

Ont été traduits  en  français  L’hypocrite heureux: un conte de fées pour hommes fatigués (Grasset) et l’étonnant Sept personnages (Joëlle Losfeld). Mais on doit surtout à Max Beerbohm des essais piquants comme «L’empire du rouge», et de très nombreuses caricatures. Il signe ici son unique roman, dont nous proposons une traduction entièrement révisée et habilement illustrée, qui fait enfin honneur à ce qu’il est : une perle de la littérature anglaise.

Zuleika Dobson, 352 pages,
merveilleusement illustré par George Him,
16,75 euros,
isbn/ean 9782953366426

Notre nouvelle boutique est en ligne ! En paiement rapide et sécurisé en cliquant sur le lien juste au-dessus, ou sinon par chèque de 16,75 euros + 2,5 euros de frais de port (soit 19,25 euros) à envoyer au 26 rue de l'étoile 31000 Toulouse.

. . . . . .

À   P R O P O S   D U   L I V R E

« C'est un grand travail. La réussite la plus conséquente de la fantaisie de notre époque. »
— E. M. Forster

« Parfaitement délicieuse... toute de style et d'esprit, une agréable fantaisie, servie par une prose exquise. C'est un livre qui n'aurait sans doute pas déplu à l'auteur, lui-même critique littéraire pointilleux. »
— Michiko Kakutani, The New York Times

« Une parfaite fantaisie. »
— V. S. Pritchett, The New York Review of Books

« Le mélange de faits historiques et d'élaborations fantastique si caractéristique de ce texte est maintenant parfaitement accompagné par les illustrations. »
— Alan Bell, Times Literary Supplement

« Les dessins ajoutent énormément au plaisir que nous prenons à cette élégante et stylée satire. »
The New Yorker

« Hors norme et hors du temps, son œuvre est un torrent qui reflète le gai soleil de l'Angleterre édouardienne.»
— J.P. Fogel

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E