Article New York Times

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

A R T I C L E   D U
N E W    Y O R K    T I M E S
L ' I N C O M P A R A B L E

PAR VALENTINE CUNNINGHAM

. . . . . .

Max Beerbohm — Sir Max Beerbohm — «l'incomparable» Max — est le genre d'artiste que les Anglais et certains Anglophiles se plaisent à aimer. Essayiste au style plaisant, pasticheur de talent, caricaturiste sans méchanceté, auteur du roman Zuleika Dobson qui se moque délicatement d'Oxford, il fait partie des second couteaux sensibles, des miniaturistes raffinés.

Toujours dandy, toujours charmeur, toujours beau parleur, Max fut la coqueluche du Londres littéraire des années 1890 et le resta durant le règne d'Edward VII. Il brillait durant les fameux dimanche après-midi qu'organisait Edmund Gosse, au Café Royal bondé d'artistes ou durant les week-end cultivés qui se tenaient dans tel ou tel manoir. C'était un homme, dit-on, célèbre durant les déjeuners, Il déjeunait et dînait la plupart du temps en société. Il développa même une théorie qui partageait l'humanité en deux catégories, les invités et les hôtes. C'était à ce genre de méditations légères qu'étaient voués ses essais. Il faisait bien évidemment partie des invités.

Il était au fait de tous les compliments accordés ou du moindre discrédit dont faisait les frais tel ou tel auteur. Il connaissait également tous ceux qui comptaient alors dans le monde du théâtre londonien, du fait de ses années passées à exercer comme critique dramatique à la Saturday Review (il succéda à Georges Bernard Shaw) et grâce au réseau de son demi-frère Beerbohm Tree — le célèbre imprésario. C'était son métier, disait-il, que «d'être aimé par les gens doués». Il était très proche d'Oscar Wilde. Dans le style des épigrammes «méchants-mais-pas-trop» de Wilde, Max cultivait les répliques toutes en finesse, les bons mots qui font mouche à tous les coups. H.G. Wells était «comme un riz-au-lait froid renversé sur les pavés de Gower Street». Lytton Strachey et son dos voûté ressemblaient à «une asperge sentimentale (ou débraillée)». Les poèmes de Yeats créaient «comme une humeur enfermée dans un vide lointain». Les pastiches de Max, rassemblés dans le recueil A Christmas Garland sont véritablement brillants. Celle qui imite le style d'Henry James, l'histoire de deux enfants qui tergiversent à propos de savoir si oui ou non ils doivent ouvrir leurs cadeaux avant Noël, est désormais un classique. James affirma après l'avoir lu qu'il croyait toujours avoir lui-même rédigé cette imitation.

Mais ses essais, ses critiques, ses pastiches et ses caricatures demeurent des exercices de second ordre. Zuleika Dobson, roman culte dans lequel tous les étudiants de sexe masculin d'Oxford, à l'exception d'une seule poule mouillée, se jettent dans la rivière pour s'y noyer par amour de l'irrésistible petite fille du Doyen du collège de Judas, est l'œuvre de Beerbohm qui s'approche le plus de l'excellence en restant singulièrement légère. Sous les paillettes clinquantes, il ne s'agit que d'une satire des coséquences désastreuse qu'aurait l'ouverture d'Oxford aux femmes et du dandysme du prétendant le plus pathétique de Zuleika : le Duc de Dorset.

Max semble incapable de dépasser un certain degré de dureté. Il est trop complaisant, trop sociable pour faire un bon satiriste. La méchanceté qui rend la lecture de Juvénal et de Jonathan Swift si jouissive va bien plus loin que son ton plaisamment ironique.Dans l'une de ses meilleure caricatures, où l'on voit Alfred Tennyson posant pour que Thomas Woolner réalise son fameux buste, sa femme demande au sculpteur à quel moment il compte entamer l'auréole. Voilà qui est loin d'être blessant. Les rares fois où Beerbohm se risque à plus de férocité, c'est en suivant des sentiers rebattus. L'un de ses sujets de prédilection, après lui-même était Edward VII "le gros coureur de jupons" qu'il représenta s'adressant à des nonnes françaises ; confondant leur couvent avec une maison close, il ordonna à "Madame" de "faire monter la première dans la chambre de gauche". "Honteux dérapage" s'emporta la presse de droite à ce propos, mais il ne faisait là que colporter des calomnies populaires.

 

Retour au livre

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E