Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

M A I L M A N

U N   R O M A N   D E
J.
  R O B E R T  L E N N O N

. . . .

Commandez le livre.

Lire un extrait.

. . . .

« Mais le plus beau dans cette affaire, 
c'est l'humanité du personnage, ses espoirs fous, 
sa détermination à lutter jusqu'au bout pour exister. 
Une tragédie à hurler de rire.»
Elle 

« Jouant de tous les registres, du plus drôle au plus déchirant,
J . Robert Lennon réussit avec Mailman le tour de force de nous offrir, sans jamais tomber dans le pathos, le portrait d'une Amérique des années 2000 au bord de la crise de nerfs.»
Le Magazine Littéraire 

« Lennon signe une comédie dont le potentiel subversif
est d'autant plus redoutable que la noirceur y cohabite
avec une scrupuleuse adhésion aux canons
du réalisme social. »
Les Inrocks

« Une fresque brillante, pour amateurs de borderline. »
Grazia

« Ce livre dense intrigue et fascine sans jamais oublier
de faire réfléchir sur le sens de la vie. »
L’Express/L’impartial

« Épatant Mailman. À lire d'urgence ! »
Livres Hebdo

« Une comédie noire comme on en lit peu. »
La Libre / Web

« Un formidable roman, drôle, dur, étrange et intrigant. »
Un dernier livre…

. . . .

Publié à l’aube du vingt et unième siècle, Mailman, road movie existentiel et méchamment drôle, marque la naissance d’une nouvelle révélation de la littérature américaine.

Avec ce roman tendu comme un arc, J. Robert Lennon nous entraîne – de New York à la Floride en passant par le Kazakhstan – dans l’univers d’Albert Lippincott, dit Mailman. Facteur dévoué et maniaque d’une petite ville américaine, Mailman a ses petits secrets: l’habitude compulsive de photocopier et de lire le courrier des autres, une inquiétante dépression nerveuse et la relation tordue qu’il entretient avec sa sœur. Aussi, lorsque l’un de ses usagers se suicide – à cause d’une lettre retenue trop longtemps? –, les événements se précipitent pour Llippincott, qui va devoir faire face une fois pour toutes aux nombreuses fêlures de sa vie.

Si Mailman est bien une comédie noire, c’est aussi l’ambitieuse tentative de dépeindre la destinée d’un homme à la recherche de la paix dans un pays «pétri de violence et de tristesse partagée». C’est comique et tragique à la fois. C’est dérangeant, c’est touchant. C’est la chronique survoltée d’un combat perdu d’avance.

de J. Robert Lennon
Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Marie Chabin
672 pages – 23,00 euros

Commandez le livre.

. . . .

L ’ A U T E U R

Né en 1970, J. Robert Lennon suit une licence à l’Université de Pennsylvanie, qu’il termine avec succès en 1992 avant de continuer ses études à l’Université de Montana, où il obtient un Master en 1995. Deux ans plus tard, il publie son premier roman The Light of Falling Stars pour lequel il reçoit le prix Barnes and Noble du meilleur nouvel écrivain. Il publie six autres romans : The Funnies (1999), On the Night Plain (2001), Mailman (2004), Happyland (2006), Castle (2009) et Familiar (2012). Les droits de ses deuxième et quatrième romans ont été achetés pour être adaptés au grand écran.

Lennon est également reconnu pour ses nouvelles. Il publie en 2005 Pieces for the Left Hand, recueil nominé au Story Award en 2010, et certaines de ses nouvelles sont publiées dans de prestigieux recueils : Prize Stories,2000 : the O. Henry Award, Best American Short Stories 2005, Best American Nonrequired Reading 2011. Preuve de son succès, la série télévisée Unforgettable (avec Poppy Montgomery et Dylan Walsh)est inspirée de sa nouvelle « The Rememberer ».  Il s’illustre aussi dans la poésie et donne de nombreuses conférences dans des universités américaines et dans le cadre d’évènements littéraires.

Comptant plusieurs cordes à son arc, Lennon, sous le nom d’Inverse Room, s’essaye à la musique. Il sort trois albums : Simulacrum en 2002, Pieces for the Left Hand, complément de son recueil de nouvelles éponyme, en 2005, et American Recluse en 2007.

En plus de sa carrière artistique, il enseigne l’écriture créative depuis 2005 à l’Université de Cornell à Ithaca, où il vit avec sa femme et ses enfants. J. Robert Lennon travaille actuellement sur un recueil de nouvelles, The Accursed Items and Other Stories, dont la publication est prévue pour 2014.

Mailman sera porté à l’écran par Sam Mendes.

. . . .

ILS ONT DIT DANS LA PRESSE US
À PROPOS DE MAILMAN

« Le flegme littéraire de Lennon, couplé à sa maîtrise du langage et à de nombreux passages aussi touchants que drôles font de son roman une œuvre complexe et renversante. » — Emily Gordon, New York Times

« Chronique surnaturelle de la paranoïa de l’Amérique et de sa propension à l’auto-apitoiement à travers la carrière finissante d’un facteur cinglé mais étrangement touchant, ce roman d’un joyeuseté oppressante trimballe son personnage d’humiliation en humiliation. Sa lecture vous plongera dans un cauchemar fascinant dont il est impossible de s’échapper. » — Jonathan Lethem, Los Angeles Times

« Parce que les névroses d’Albert Lippincott prennent leur source dans des espoirs et des peurs que nous connaissons tous, on ne peut que s’attacher à cet excentrique instable et même s’identifier à lui. Ce roman de Lennon est profondément captivant et particulièrement complexe, plein d’humour, de pathos et de surprises. En un mot : c’est grandiose. » — Keir Graff, Booklist

« Le récit dément d’un inadapté social au cœur d’une petite ville […] un œil aiguisé pour la description des rouages de la famille et un talent inné pour dépeindre l’étrange complémentarité qui existe entre la personnalité d’un homme et ce qu’il laisse transparaître […] À travers la véritable symphonie narrative de l’anéantissement d’une vie entière, Lennon vise une place parmi les grands écrivains américains. » — Michael Upchurch, Chicago Tribune

«Ce n’est pas seulement l’esprit ­torturé de son facteur Albert Lippincott que Lennon réussit à explorer avec autant de brio, c’est aussi le rêve américain, celui qui passe de la  comédie grand public au film d’horreur (mais un film d’horreur tout de même comique). Le roman combine à merveille thriller et recherche philosophique. Un miroir brillant de nos vies ; un chef-d’œuvre. » — Review of Contemporary fiction

«Comme le John Yossarian de Joseph Heller (Catch 22) ou le Randalph McMurphy de Ken Kesey (Vol au-dessus d’un nid de coucous), Albert Lippincott, le héros de Lennon, est destiné à devenir un grand personnage de la littérature américaine. L’humour noir à son paroxysme.» — Library Journal

«Ce livre délicieusement pitre et profondément sérieux vient confirmer que Lennon est bien un des meilleurs jeunes écrivains américains. À la fois excentrique et classique, Mailman (de son vrai nom Albert Lippincott)  est une brillante invention. Le lecteur reste fasciné par son imagination tordue, ses incurables tendances criminelles, son idéalisme malavisé, ses fantasmes lubriques, par sa recherche désespérée de l’amour, du sens de la vie et de la rédemption, qui l’emmèneront immanquablement vers une fin inattendue. Au fond, le facteur est un vrai romantique, et Mailman est une grande romance américaine. » — Sigrid Nunez

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E