Comment dormir, Petit précis du savoir-vivre de chambre à l'usage de celles et ceux qui veulent illuminer leurs nuits

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

C E   Q U ’ I L S   
O N T   D I T   D U   L I V R E
( A V A N T   D E   B I E N   D O R M I R )

. . . . . .

Comment dormir est plus qu’un livre et si son sous-titre (Petit précis du savoir-vivre de chambre à l’usage de celles et ceux qui veulent illuminer leurs nuits) laisse penser que le lecteur se trouve face à un énième guide pratique, c’est pour mieux le surprendre. Car, inutile de conserver le suspense, Comment dormir est une drôlissime supercherie, un guide parodique du savoir-vivre au lit qui se moque de nos travers nocturnes avec légèreté, tout en se moquant de lui-même.

Ce pastiche à l’humour absurde, pince-sans-rire et ironique est l’œuvre des so british Dr Ralph Y. Hopton et Anne Balliol, auteurs derrière lesquels se cachent les satiristes américains d’avant-guerre, Harford Powel et Eward Streeter. Et oui, Comment dormir sortit tout d’abord aux États-Unis en 1936 chez Powel & Streeter avant que les éditions Monsieur Toussaint Louverture n’aient l’excellente idée de le traduire et de le faire découvrir à une nouvelle génération de lecteurs-dormeurs. Tout en s’inscrivant dans la lignée des textes littéraires caustiques qui ont marqué le début du vingtième siècle, la justesse de la description du quotidien et la finesse de la caricature n’ont pas pris une ride : le lecteur s’y retrouve malgré l’exagération et le ton corrosif.

Parce qu’apparemment, Comment dormir est un livre utile à ceux ne vivant pas seuls sur une île déserte ou n’étant pas d’irrévocables célibataires. Afin de rendre service à toute personne désireuse de faire le bien autour d’elle, « comme tout bon citoyen », les auteurs ont étudié des « milliers d’articles écrits par les sommités en matière de savoir-vivre » avant d’établir une liste de « règles simples pour gens subtils ». On y apprend, par exemple, comment se déshabiller de façon à ne pas causer un divorce (enlever ses vêtements avec discrétion, ne pas les envoyer sur l’immuable chaise prévue à cet effet, faire des gestes soignés, puis faire disparaître ses vêtements en les poussant négligemment du pied sous le lit pour éviter un grossier tas de linge froissé), comment se lever (« Les marins se réveillent au cri de : « Tous sur le pont ! » Certains soldats à celui de : « Garde à-vous ! » Toutefois, nous vous déconseillons d’utiliser l’une de ces méthodes chez vous. ») ou encore comment rentrer d’un dîner bien arrosé entre hommes (« la meilleure chose à faire est de ne pas rentrer du tout »).

S’en suivent quelques pertinents conseils généraux sur le mode du questions-réponses (« Question : Qui se lève en premier s’il y a des bruits étranges, comme ceux d’un cambrioleur ? Réponse : Personne. ») ou des avertissements plus détaillés concernant, notamment, les conversations matinales (« L’une des règles les plus sensées pour un couple heureux – et qui voudrait le rester – est de ne pas s’adresser la parole avant la fin du petit déjeuner. »). Certaines situations délicates nécessitent un travail plus approfondi, comme dormir dans un yacht, en wagon-lit, au camping. Pour cette dernière éventualité, extrême, les auteurs précisent entre autre de « ne manger ni fromage ni oignons avant de gonfler votre matelas ». De fait, le lecteur se voit bien armé pour affronter l’aventure du sommeil. « Et, comme l’écrivent les auteurs, si ce petit livre ne donne pas à votre partenaire une idée générale de comment il faut se comporter la nuit, nous vous conseillons de la, ou de le, remplacer par un animal de compagnie.»

Mais Comment dormir est aussi un bel objet (toile satinée, reliure soignée, façonnage, petite cordelette rouge, excellentes illustrations d’Alban Caumont, amateur de « crêpes à l’eau »), constitué de façon à ce que le contenant soit en harmonie avec le contenu, préservant par-là même le doute, si l’on peut dire, sur la supercherie. Chez Monsieur Toussaint Louverture1, le hors-texte, presque aussi riche et drôle que le texte lui-même, fait entièrement partie du processus comique. D’une part les informations sur l’édition du livre (la taille, le poids, la police) sont précisées jusqu’à l’absurde (« Dominique Bordes l’a édité (au lieu de dormir) ») ; d’autre part, un bandeau dépliant rédigé par l’éditeur sur le modèle des bandeaux gâchant habituellement les couvertures avec le nom du romancier en énorme, prend la forme d’un petit fascicule humoristique. Outre une présentation du livre se concluant par « s’il y a une chose que vous ne pouvez sûrement pas vous payer cette année, c’est bien un divorce, alors évitez une telle dépense et achetez ce livre », on y trouve entre autres une énigme linguistique pour s’empêcher de dormir huit nuits d’affilée, quelques orientations feng shui, une liste « de films de jour à voir la nuit » (Les trois nuits du Condor, Belle de nuit, etc), la table des matières du (faux) livre Lit d’Henri Lavedan (avec comme chapitre « Ça, c’est mon lit à moi » ou « Ça dépend des positions »), un « planning des histoires supplémentaires à raconter pour tenir le Sultan en haleine si jamais le coup des Mille et une nuits ce n’est pas assez » ou enfin un peu de mathématiques : « dormir à deux = dormir seul – froid aux pieds + problèmes ».

Dans un style sérieux qui contraste avec le burlesque absurde des propos gentiment et faussement misogynes (aucun cliché n’est omis concernant les femmes : bigoudis, crème de nuit et autres tue-l’amour…), ce singulier et divertissant « livre d’étiquette » est, comme l’indique l’éditeur, « à mettre entre toutes les mains, surtout si elles sont propres. »

— Vincent Jolit, Culturofil

 

Permettez moi de vous présenter un petit livre délicieusement décalé, dans le même genre que les ouvrages de Robert Benchley ou Alexandre Vialatte, deux de mes idoles ! Comment dormir, c’est le titre. Les supposés auteurs : Dr Ralph Hopton et Anne Balliol. L’éditeur : l’excellente maison Monsieur Toussaint Louverture. Un ouvrage rare, précieux, couvert de toile satinée, qui vous permet de glisser lentement comme on entre dans un lit savamment arrangé. Ce « petit précis de savoir-vivre en chambre à l’usage de celles et ceux qui veulent illuminer leurs nuits » devrait être prescrit à tout gentleman qui se respecte. On y apprend tout ce qui a trait de près ou de loin (voire de très loin) au sommeil : comment se comporter en bonne compagnie, lire au lit ou s’endormir dans un train. Autant de conseils aussi superflus qu’essentiels adressés aux jeunes gens qui chercheront à séduire leur bien-aimée à l’instant du coucher. « Si dans la nuit vous laissez tremper du linge dans le lavabo, débrouillez-vous pour l’enlever de là au petit matin. Ne le laissez pas à mariner comme des anguilles en bocaux jusqu’à ce que votre partenaire de nuit les trouve en se levant. » On oublie trop souvent à quel point cet instant peut jouer en votre faveur dans une relation. Voici donc un ouvrage ESSENTIEL. D’autant qu’il s’agit là d’une activité, dormir, qui occupe en moyenne 8h par jour. Mais le plus important dans le livre réside tout de même dans ce ton, caustique, léger, un brin condescendant et moqueur. "Dormir au camping" ou sur le yacht d’un ami, là est la question ! C’est drôle, loufoque, farfelu. Et cela fait drôlement de bien. Un ouvrage où tout est à prendre au second degré (si ce n’est plus) ne pouvait qu’éveiller notre curiosité. D’ailleurs, et vous, quel type de dormeur êtes-vous ?

— Gavin’s Clemente Ruiz, Métro

Comment dormir ? Au premier abord la question peut sembler saugrenue, voire superflue. Comment dormir ? Eh bien, allongé, dans un lit, sous des draps et dans le noir ? Non ? N’est-ce pas ainsi que l’on pratique ordinairement ? Ah ! Si c’est ainsi que vous aussi vous imaginez la chose, c’est clair, toute votre éducation est à refaire : vous devez lire Comment dormir, l’élégantissime « petit précis du savoir vivre de chambre » signé par les très énigmatiques Dr Ralph Y. Hopton et Anne Balliol. Vous découvrirez alors, dans ce guide pratique à l’usage des mauvais coucheurs et autres incorrigibles ronfleurs, tout ce qu’il y a à savoir sur cette « aventure la plus étrange de toutes [qui] consiste à se retrouver enfermé dans une chambre en compagnie d’une personne du sexe opposé, et avec laquelle on est tenu de se coucher et de se lever des milliers de fois ». Car n’oublions pas, comme nous le rappellent judicieusement les auteurs de ce pétillant petit ouvrage, que, comme nous n’avons pas tous les moyens de nous offrir un divorce, il est toujours judicieux de limiter autant que faire ce peut les occasions de frictions conjugales… De l’art de se déshabiller sans s’emmêler les pieds dans ses chaussettes à celui de rentrer ivre chez soi le soir, du bon usage de la salle de bain ou de la lecture au lit, en passant par mille astucieux conseils pour sympathiser avec Morphée dans un yacht, dans un camping ou dans un wagon-lit, toutes les circonstances possibles d’endormissement sont passées au crible, avec un humour très british qui n’est pas sans rappeler celui que pratiquaient des auteurs tels qu’Alphonse Allais ou que le trop méconnu Paul Masson (qui signait parfois ses textes du nom de Lemice-Terrieux) un auteur qui aurait toute sa place, cela dit en passant, dans la belle galerie de joyeux allumés auxquels les éditions de Monsieur Toussaint Louverture donnent ou redonnent malicieusement la parole. Et puisqu’on parle de l’éditeur, saluons une fois de plus le magnifique travail éditorial dont témoigne ce Comment dormir. De la couverture rigide et recouverte de « toile satinée rouge ferrari » aux superbes illustrations, signées Alban Caumont, en passant par le bandeau bleu dépliant qui habille la couverture, ce volume est, une fois de plus, un véritable objet de collection. Et quand on sait que ce petit bijou ne coûte que 14,50 €, on se dit que, 1° soit Dominique Bordes a signé un pacte méphistophélique avec son imprimeur, 2° soit il a trouvé un coffre au trésor dans sa cave qui lui permet de financer ses fantasques projets, 3° soit il aime ce qu’il fait et a décidé de le faire bien… Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les éditions Monsieur Toussaint Louverture, grâce à leurs somptueuses publications, nous apportent la preuve à chaque nouvelle livraison que le livre, (le vrai, le beau, le soigné, le bichonné) n’est pas mort et qu’il a de l’avenir. Et surtout, amis campeurs, n’oubliez jamais ce précepte avisé : « Ne mangez ni fromage ni oignons avant de gonfler votre matelas » Tenez vous le pour dit !

— Stéphane Beau, Le Magazine des Livres

Comment dormir est un petit livre formidable ! Rédigé dans les années trente aux États-Unis par deux joyeux farfelus, Harford Powel et Edward Streeter (on doit par ailleurs à ce dernier un court roman intitulé Le Père de la mariée, plusieurs fois adapté au cinéma) qui se cachent –sans doute pour ne pas éveiller les soupçons…– derrière les pseudonymes d’Anne Balliol et du Dr Ralph Y. Hopton, il vient d’être magnifiquement publié en français (l’objet est un petit bijou éditorial) à Toulouse chez Monsieur Toussaint Louverture, une petite maison visiblement de grand talent. Sous-titré Petit précis du savoir-vivre de chambre à l’usage de celles et ceux qui veulent illuminer leurs nuits, il enseigne au lecteur à faire face avec élégance et dignité à des situations diverses : comment se déshabiller, se lever, rentrer d’un dîner bien arrosé entre hommes, regagner tardivement ses pénates quand on est une dame, lire au lit, faire usage de la salle de bain, entretenir une conversation matinale, pratiquer les secousses physiques (qui ne sont malheureusement pas ce que vous croyez, mais bien de la gymnastique suédoise, la vraie), dormir à bord du yacht d’un ami, coucher dans les wagons-lits ou pioncer dans un camping… Car la vie nocturne est le nid de bien des ennuis, surtout si vous êtes en couple ! Qui va au lit en premier : la femme ou le mari ? Qui va éteindre la lumière ? Que porter le premier soir ? Que dire lorsqu’il y a des voleurs dans la maison ? Où poser ses habits quand on a trop bu ? Que fait un homme si sa femme lui dit que la maison est en feu ?« Même les gens les plus civilisés, assurait sir Walter Scott, sont des sauvages à la nuit tombée. » Pour éviter les désagréments induits par des fautes de goût impardonnables, référez vous par conséquent à ce guide du savoir-vivre au lit. Car, comme le font observer les auteurs, « s’il y a une chose que vous ne pouvez sûrement pas vous payer cette année, c’est bien un divorce, alors évitez une telle dépense et achetez ce livre ». Et ils ont ô combien raison ! Non ?

— Bernard Delcord, Lire est un plaisir

Revenir au livre
(dont on dit tant de bien)

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E