Les excuses que je pourrai trouver pour ne pas écrire un texte sur le foot ?

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.


L E S   E X C U S E S   Q U E
J E   P O U R R A I    T R O U V E R
P O U R   N E   P A S   É C R I R E
U N   T E X T E
S U R   L E   F O O T

PAR LAURENT LATOUR

- - - -

Le football ? c’est pas mon truc.

Je veux bien raconter un match mais on va tout de suite voir que je n’y connais rien.

J’ai jamais compris le hors-jeu, comment c’est possible que des gars montés comme des mulets aient pu le comprendre. D’ailleurs, vu le nombre de hors-jeu, je tire moi-même ma conclusion.

Je sais qu’il y a plein de grands auteurs qui ont écrit sur le sport, mais moi j’innove, je n’écris pas sur le sport, moi ce qui m’intéresse c’est la vie.

Ma télévision est toute petite, on voit pas les numéros des joueurs.

Les commentaires sportifs, c’est un supplice ou alors c'est de l'art contemporain.

Une arconada ? Merci, mais ce sera plutôt une Corona pour moi.

Aller voir un match ? Avec le peuple ? Non merci, j’ai déjà donné, pour la coupe du monde 98 : j’ai ouvert mes fenêtres.

Le football moderne ? C’est plus ça. Vous m’auriez demandé d’écrire sur Platini, ou Pelé, alors là oui que je vous aurais pondu un chef d’œuvre.

De toute façon, cette passion populaire pour le football reste, pour moi, aussi incompréhensible que l’engouement pour Popstars.

Je garde une dent contre le foot : en cinquième mon prof de sport m’a gueulé dessus parce que j’avais fait une toile. OuhLa ! je suis écrivain moi, monsieur, pas peintre.

Il faudrait que je choisisse un match, pour écrire dessus, mais c’est nul ce sport, on peut jamais savoir si ce sera bien ou pas.

L’amour du foot, ça s’explique comme ça ne s’explique pas. Alors qu'est-ce que je pourrais y faire, moi?

Ma dernière petite amie m’a quitté pour un footballeur, même pas de première division, c’est dire si ce sport m’énerve.

Une passion : suivre des gars qui courent après une balle ? Même avec beaucoup de bières, je vous avoue, je ne comprends pas.

Le dernier match où je suis allé remonte à 1995, parce que mon fils jouait dans l’équipe des rouges.

Parmi les écrivains, je suis un grand, donc je m’occupe de la musique des sphères. Pas des hymnes populaires.

Et puis j’ai cette rancune : à chaque fois que j’essaye d’enrouler ma frappe pour contourner le mur, je dévisse. Lamentable.

Écrire un texte sur le foot ? Désolé, j’ai pas le temps en ce moment : je suis chaque match de l’Euro 2004. 

 

D'AUTRES LISTES

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E