Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

G R A N D E   E N Q U Ê T E :
Q U ' E S T - C E   Q U E
L A   P O É S I E   P O U R   V O U S ?
E X T R A I T S   D E S   R É P O N S E S

PAR LUDOVIC BABLON

- - - -

- L'occasion de faire un peu de copinage. À ne pas manquer.

- Une perte de temps et d'argent. Un bouquin de poésie à 10 euros, ça fait deux kébabs et demi de perdus.

- C'est René Char, grand poëte français.

- Je sais. Tu prends deux substantifs au hasard dans le dictionnaire et tu mets un verbe à l'infinitif. N'oublie pas le préfixe « Ô », indispensable.Tu obtiens de la poésie. Exemple : René Char.

- C'est ce que je fais quand je m'emmerde après mon cours de step sur la musique de Grease.

- C'est ce qu'écrit Leonardo Di Caprio quand il encule Verlaine dans le film. Il éjacule, alors il n'oublie pas de le noter sur un feuillet. Mais comme il est maudit, ça reste longtemps inédit, puis ça passe au CAPES.

- Pour écrire de la poésie, il faut à tout prix être mort et avoir habité sur une île. Exemple : Victor Hugo.

- C'est une des méthodes employées pour faire lâcher de la tune au CNL.

- Lâche-moi la grappe, je regarde la 6.

- La poésie exprime des sentiments. Oui. Poète, par tes mots, tu exprimes tes sentiments, tu te sens malheureux, tu pleures, et comme tu n'as pas de kleenex, tu écris.

- Ça s'oppose au roman. Le roman raconte des histoires. Je peux aussi vous dire que les éditions de Minuit éditent de vrais auteurs qui ont une écriture intéressante, connaissent la langue, savent bâtir des intrigues et des personnages.

- J'étais nulle en maths alors je me suis dit que pour pouvoir être chômeuse j'allais faire Lettres. J'ai lu de la poésie puis j'ai fait des ménages, enfin j'ai été prise comme potiche dans une agence Wanadoo, et j'ai arrêté de lire parce que j'avais de l'argent, c'était plus la peine de me gaver avec ça.

- Un passe-temps.

- C'est l'absente éthérée des bouquets.

- C'est les coquelicots, mais bleus. Ou non, rouges aussi. Il faut que les pétales volent dans le vent d'avril sinon ça risque d'être juste des végétaux.

- C'est quand on est ado et qu'on hésite entre buter maman ou sauter papa. Sur un feuillet, on le note, fébrilement si possible. Il faut utiliser les mots « améthyste » et trouver des périphrases pour « mes pensées sont sombres » (exemple : « mes rationalités s'obscurcissent démesurément ces temps-ci »).

- Quand on revient à la ligne après trois mots, c'est ça. Donc, euh, oui, les listes de courses aussi. Genre : Beurre / Tartiflette / Saucisse sèche / Ne pas oublier le PQ.

- Bablon, t'es un enfoiré, je m'en carre de ta question de chiottes.

- Ma mère qui s'appelle Josette en écrit quand elle est bourrée. Ensuite elle se pique à l'huile d'olive, comme Barnaud, et c'est bien meilleur pour elle.

- C'est ce qu'écrivent les gars quand ils sont trop défoncés pour penser.

- Une offrande au printemps et la peur de la mort. 

 

D ' A U T R E S   L I S T E S

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E