Les chroniques de la honte

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

L E S   C H R O N I Q U E S   D E   L A   H O N T E

PAR FRANÇOIS BERLOT

. . . . . .

Joshua,

nous sommes aujourd'hui le 11 et seulement 8 jours me séparent de mon retour en France auquel je ne peux pas m'empêcher de penser ces temps-ci (avec bonheur).

Ces mystérieuses paroles à propos de ta récente mise en ménage m'ont profondément intrigué et je dois t'avouer que je donne ma langue au chat même si ça n'est pas de ces derniers dont il s'agit.

J'ai moi-même vécu quelque chose d'assez étrange récemment et je pense éà toi aussi ça va te paraître des plus étonnants (faut il un "s"?).Comme à peu pres tous les jours, j'avais pris le métro et je m'etais assis. Mon esprit vagabondait joyeusement et soudain mon regard s'arrêta sur le sac à dos pose sur les genoux du mec assis en face de moi (rien de bien extraordinaire jusque-là). Mais, alors que mon attention était fixée ledit sac (pour je ne sais quelle raison), je m'apercus d'un détail tout à fait anormal, le sac...comment dire?.. oui, le sac (je sais que ca va te paraître invraisemblable)... respirait.

Tout ceci doit te sembler dément mais je serai pret à mettre ma main au feu que j'ai bien vu son petit corps dodu se gonfler (comme sous le coup d'une inspiration) pour perdre aussitôt cette prise de volume aussi brusque que momentanée et cela, à trois reprises. Au bout de la troisiéme fois, flairant le caractère totalement irrationnel de la chose, je me frottai vigoureusement les yeux pour m'assurer que tout ceci n'était pas le fruit d'une hallucination et... plus rien.

Cela dit, je ne pense pas avoir rêvé et je soupconne plutôt le petit saligaud de m'avoir vu le regarder et de s'être alors mis en apnée (j'ai toujours un doute sur l'orthographe de ce mot) pour me faire croire qu'il n'était qu'un banal sac à dos, aussi inerte et denué d'intelligence et de vie que ses semblables.

Cet épisode m'a rendu méfiant à l'égard des objets (apparemment si innocents) qui nous entourent et je regarde à présent d'un autre œil les "pannes accidentelles" (du moins c'est ce qu'il cherche à me faire croire) de mon frigo... Je te conseille donc d'être attentive et méfiante à l'avenir car cela pourrait t'éviter bien des tracas...

À bientot, Francois.

 

Lettre à Joshua du 19 janvier 2004
Lettre à Joshua du 15 novembre 2003

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E