Le désert

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

L E   D É S E R T

PAR XAVIER GÉLARD

. . . . . .

Au centre du pays, du pays où nous vivons, il existe un désert, que peu soupçonnent d’exister et beaucoup d’autres tentent d’oublier. C’est un désert de sable, un vrai désert, et sa surface est inexplicablement grande.

On ne le verra sur aucune carte car on retranche systématiquement sa superficie des calculs géographiques. Qui voudrait que la grandeur d’un Etat dépende en partie d’un désert ?

Les habitants de la ville qui le borde en ont honte, absolument honte, et perpétuent la tradition de lui tourner le dos, de ne pas le regarder – quitte à poser la main sur leurs yeux –, et d’orienter leur maison plein nord pour qu’aucune fenêtre ne donne sur lui – quitte à se passer de soleil et de lumière. Aucune de leurs enseignes n’indique la proximité de ce non-lieu : aucune boulangerie Des sables, aucun troquet Notre Sahara, aucun hôtel Des dunes. Les habitants, gardiens du désert, ont pour mission tacite de détourner les regards et de les orienter autre part, par exemple sur la cathédrale toute proche, ou vers la rivière non loin. Ainsi, celui qui passe en voiture dans la ville ne se doutera rien, tant les maisons, grandes, sont faites pour cacher le désert à la vue des autres, et tant les chemins, tortueusement étudiés, les en éloignent savamment. Quand, obligés d’aller plus vite, les habitants passent par le chemin qui borde le désert, et qui relie le centre-ville à la gare, ils le longent, et marchent en crabe pour toujours être face aux maisons, et jamais au désert. Cette coutume a cessé depuis longtemps de les faire rire, et l’habitude n’interrogera plus jamais personne.

La température en ville est normale ; la chaleur dans le désert est étouffante. Quoique l’eau abonde ici, on meurt de sécheresse là, pour peu qu’on s’aventure dans le sable par un après-midi de printemps. Son existence se perd dans la nuit des temps, comme la volonté de l’oublier. Aussi aucune chronique, aucun fait, aucun personnage de l’histoire n’a voulu l’évoquer ; c’est comme si le désert n’existait pas. Mais le désert s’étend, et commence à mordre les perrons : chaque jour il faut déblayer devant sa porte ce qui s’est accumulé pendant la nuit, et il est impossible de fermer les yeux désormais : eux aussi sont remplis de grains. Faudra-t-il déménager ? Mais, tôt ou tard, le désert viendra nous rejoindre, où que nous soyons. Faudra-t-il condamner le désert ? Mais aucun mur ne résistera, aucun ne suffira à contenir une puissance si patiente, un acharnement si concentré.

Le désert a un nom, mais nul ne sait qui le lui a donné : c’est un nom ancien et forgé de sons magiques, que l’on prononce aussi peu que possible et en faisant toutes sortes de signes pour se protéger de lui. Car le désert s’attaque maintenant aux rêves de ceux qui ne se doutent pas de son existence : et celui qui n’y prend pas garde se retrouve enseveli bientôt.

 

D’autres histoires

 

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E