Inventions culinaires improbables

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

I N V E N T I O N S   C U L I N A I R E S
I M P R O B A B L E S

PAR MICHEL BONORD

. . . . . .

1.
Le brocoli fluorescent : très pratique pour le camping sauvage, fonctionne sans pile et sans aucun apport extérieur d’énergie ; plusieurs modèles : 20 W, 60 W, 62 W  et 2 KW. Très apprécié pour les repas de fête et par les mal voyants.

2.
Le yogourt qui parle : idéal pour célibataire dépressif, car ça fait une compagnie, une présence attendue en fin de repas et, qui plus est, dépourvue de tout esprit de contradiction. En vente par pack de 6 et par type de conversation souhaitée : « critique des derniers films sortis », « conversation littéraire », « débat de société », et enfin le très demandé « discussion sans intérêt ». 

3.
La crème caramel étanche à –50 mètres : avancée technologique prodigieuse et tellement attendue par les si nombreux pratiquants du hockey subaquatique.

4.
Le tire-bouchon invisible (5 coloris au choix) : très tendance dans les cuisines intégrées hight-tech clean mais se révélant rapidement énervant car toujours introuvable quand on a besoin de lui.

5.
Le traitement de fond pour navet hypocondriaque : il n’y a en effet rien de plus pénible qu’un navet triste et se plaignant en permanence de ceci ou de cela ; ce traitement, devant être suivi sérieusement pendant au moins deux semaines d’affilée, rendra vos navets heureux de vivre et au moral d’acier. Contre-indication thérapeutique : éviter d’utiliser dans une même préparation (pot au feu, bouillon, daube…) un navet fraîchement sorti de son traitement de deux semaines et des carottes en cours de désintoxication au tabac : dans ces cas là, la rechute sera inévitable et il faudra tout recommencer.

6.
La passoire étanche pouvant servir de bain-marie. La même équipe d’ingénieurs travaille également d’ailleurs d’arrache-pied sur un bain-marie à trous. À suivre…

7.
Le hamburger-gonflable, facile à transporter et si ludique, assez proche sur le plan gustatif des originaux, il sera parfumé à l’ail si préalablement vous avez dégusté un excellent saucisson à l’ail ou au genièvre après une bonne rasade de Wambrechies carte noire, question d’haleine. Certains amateurs lillois ont sollicité l’adaptation du hamburger-gonflable au citron-soufflé-gonflable… pour averti confirmé seulement.

8.
Les enveloppes pré-encollées série « cordon bleu » : il s’agit d’enveloppes dont la colle est agrémentée de saveurs culinaires traditionnelles ; à noter tout particulièrement l’enveloppe spéciale « Recommandé avec Accusé de Réception » agrémentée au chili hot peper, l’enveloppe « extra légère air-mail » à la terrine de canard sauvage et l’enveloppe « tarif lent » au consommé de tortue (possibilité de personnaliser les saveurs au moment des fêtes avec le boudin blanc pour Noël, avec le carré d’agneau à Pâques et à la crêpe Suzette à la Chandeleure).

9.
L’asperge à moteur écologique, la seule asperge protégeant la couche d’ozone car ne rejetant que  2,15 ml de monoxyde de carbone par kilomètre parcouru. Un grand progrès.

10.
La pomme de terre publicitaire : un message publicitaire peut être imprimé sur la peau de la tubercule et lisible lors de l’épluchage ; est en cours de mise au point . La possibilité d’incorporer le même message dans la chair de la patate pour être lisible sur toutes les frites ultérieurement découpées est en cours d’étude.

11.
L’artitiède qui évite de se brûler. Comme chaque pièce a son revers, les qualités gustatives de l’artitiède sont médiocres, il peut être aussi bien assaisonné de sucre ou de sel, accompagner une viande ou un poisson, dont il ne relèvera en rien les saveurs ; il vote Bayrou au 1er tour ; sa couleur est terme et banale ; bref, la grande distribution et les principales chaînes de fast-food s’y intéressent fortement au vu de ses performances culinaires si bien adaptées à leur créneau de clientèle.

12.
Le sel universel permettant de saler aussi bien les viandes que les légumes et même les sauces. Il fallait y penser ! Mais comment faisait-on avant ?

13.
Le gratin dauphinois breton, à base d’huîtres passées au beurre fin clarifié et prises dans une gelée au Muscadet, rehaussée d’échalotes finement hachées.

14.
Le caramel mou à sangle, plus sûr, et recommandé pour les moins de 5 ans. Nous conseillerons le caramel semi-mou à ceinture et bretelles pour les personnes âgées et le caramel anti-escarres, peu appétissant mais si utile pour les séjours hospitaliers prolongés.

15.
La boisson rafraîchissante en suppositoire (en boîte de 1000), hélas peu demandée sur les terrasses des cafés à la mode encombrées de nombreux trous-du-cul ; pourtant tellement tonique par temps chaud. Plusieurs parfums sont proposés : citron vert (heureux détenteurs d’hémoroïdes s’abstenir), lait de coco (vous fait des fesses à la  peau douce), synthol (ça fait du bien, là où ça fait mal), vaseline (ça fait du bien par où ça passe).

16.
La nouille musicale : grâce à sa double anche incorporée et moyennant une cuisson al dente, un son gracieux et subtil en sortira quand vous soufflerez à un bout ; dans un même paquet de nouilles musicales, différentes longueurs sont proposées, permettant, avec des amis musiciens ou tout simplement amateurs de belle musique, d’interpréter les plus beaux airs du répertoire au cours du repas, tout en dégustant un excellent plat recherché pour ses sucres lents bienfaiteurs ; le plat idéal en quelque sorte qui satisfera le corps et l’esprit, les petits et les grands ; il suffira tout simplement d’adapter le répertoire. Les sauces épaisses voire carnées seront évitées car la qualité du son et surtout celle du timbre si caractéristique de la nouille musicale en seraient fortement altérées. Ce serait dommage.

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E