La manière dont je parle

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

L A   M AN I È R E   D O N T   J E   P A R L ELUDOVIC FLORANTI La première fois que j'ai eu une vraie conversation avec une femme remonte à l'époque du lycée. J'ai bien discuté avec des filles au collège, j'ai échangé des idées, mais jamais je n'avais eu une conversation vraiment entière. C'est donc là que j'ai rencontré Lydie et nous avons commencé à discuter tout au long du break des vacances de Noël.

Une chose en entraînant une autre, et avant que je ne m'en rende compte, je venais d'avoir ma première conversation. Nous avons bien sûr eu quelques autres conversations après ça, même si de façon générale je ne me sentais pas en confiance avec mon habileté à converser. Avant de me rencontrer, Lydie sortait avec un homme qui avait un vocabulaire très étendu. Bien entendu, elle m'a dit que j'avais un vaste vocabulaire moi-même, mais les hommes ne croient jamais vraiment à ces choses là.

Les gens disent souvent qu'il ne faut jamais se marier avec la personne avec qui on a eu sa première conversation. Peut-être qu'ils sont dans le vrai. Lydie et moi avons été mariés ensemble durant 12 années. Vers la fin, nous parlions de moins en moins, échangeant un mot difficilement. Nous n'étions plus mariés pour longtemps.

Après Lydie, j'ai aussi rompu avec une incroyable tchatcheuse nommée Sylvia. Elle avait été mariée deux fois et déjà eu son énorme lot de parlotes, mais jamais durant aucune, elle n'avait permis à qui que ce soit de prendre le dessus. L'homme, avec qui elle avait été en dernier, posait son point de vue, puis se taisait. La conversation était finie. Alors, elle a senti qu'elle allait pouvoir rattraper beaucoup de discussions avec moi. Nous parlions partout. Nous parlions à la plage, dans les jardins public, dans les hangars vides. Une fois, nous avons même discuté dans une de ces boites gris-blanc en taule qu'on trouve sur les chantiers. Je ne connais pas exactement leurs utilités. Enfin, si ce n'est qu'elles font de très bon outils de conversation.

Sylvia avait son lot de problèmes à elle. Tous mes amis m'ont mis en garde, et dit que j'allais souffrir à cause de cette relation, mais je suis un mec. J'ai adoré avoir une extraordinaire variété de sujets pour parler, mais je n'ai pas fait attention. Et un jour Sylvia m'a dit qu'elle préférait se parler à elle-même. Qu'elle n'avait pas de temps à perdre pour parler avec d'autres personnes. Qu'elle ne pouvait assurer l'engagement émotionnel requis pour maintenir une relation de type conversationnel. En fait, elle m'a dit qu'elle était désolé de m'avoir parlé autant.

Avec Angela c'était juste pour parler. Quand ça a fini, j'ai pris ma voiture et j'ai conduit à travers le pays. J'ai parlé à Anne dans le Gers, ce fût la plus courte conversation jamais eu. Elle a décidé qu'elle ne voulait plus en avoir après. Alors j'ai parlé à Claire à Paris. Maintenant vous devez sans doute penser que quelqu'un qui se proclame un expert dans l'art de la conversation, quelqu'un de Paris, la ville qui a donné sa réputation au beau parlé, la ville aux longues conversations enflammées, vous devez penser qu'une personne comme ça doit être une bonne interlocutrice. Vous vous trompez.

Quand je suis rentré, j'étais accompagné d'une fille de Genève. Elle n'était pas vraiment la meilleure personne pour la conversation, mais je l'aimais assez pour que ça n'ait pas d'importance. Quand nous avons rompu, je lui ai dit que j'aimerai parler avec elle une dernière fois. Ça reste la meilleure conversation que nous ayons eu.

Laure était une danseuse que je n'aurais jamais soupçonné d'être intéressée par une discussion avec moi. Mais nous avons commencéà parler à chaque petite opportunité que nous avions. Nous avons développé des sujets personnels et effectué de profondes explorations thématiques, jusqu'à qu'elle donne une présentation orale qui l'a effrayée par son intensité émotionnelle. Après ça, nous n'avons jamais reparlé. Elle pensait que ça aurait pu limiter sa liberté et donner à un homme trop de pouvoir sur elle.

Dernièrement j'ai entendu Laure en train de discuter avec une autre femme et ça semblait la rendre heureuse. J'ai pensé que cette femme semblait vraiment calme, trop calme pour une bonne conversation, mais peut-être que c'était juste ma jalousie qui parlait.

Depuis Laure, je n'ai pas eu de bonne conversation. Il y a eu Marie, du Nord, qui était une parleuse très égoïste, avec un quelque chose de très amateur. Elle ne m'a jamais écouté, elle attendait juste son tour de parler. Alors il y a eu Jenny. Elle pensait vouloir avoir une conversation, mais ça n'a pas marché, elle a été effrayé par sa propre voix.

C'était la dernière fois que je parlais à quelqu'un. Parfois je pense que jamais je ne trouverais quelqu'un pour discuter encore, ce qui est stupide, je sais ça. Je dois juste essayer de me relaxer et de laisser les choses se faire. Quand même, ce serait bien de parler à quelqu'un.

. . . . . .

ENCORE DES HISTOIRES

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E