Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

C H R O N I Q U E S   I R R É G U L I È R E S
D ' U N   L I B R A I R E
   E N   L I B R A I R I E

PAR CYRILLE PROLES

. . . . . .

L'art d'avoir toujours raison

 

Le libraire perdu dans ses pensées a l’air fatigué, mais son œil brille encore. Essayez de lui poser une question, pour voir. Sachez qu’il a donné à l’art d’être désagréable ses lettres de noblesse. Son fidèle compagnon, le client, y est certainement pour quelque chose, lui qui renouvelle et repousse sans cesse les limites de la demande.

Bref, voici décortiqué par l’exemple cet art si délicat.

— Je n’ai jamais lu Balzac. Vous me conseillez lequel pour commencer ?
— Bah, vous savez, Balzac c’est Balzac …

*

— Vous avez des toilettes ?
— Bonjour.
— S’il vous plaît, c’est pressant !
— Bonjour !
— Oui, bonjour, où sont vos toilettes ?
— Pas de toilettes.
— Ha…
— Hé oui…

*

— Vous êtes une caisse ?
— Jusqu’à preuve du contraire, je suis un être humain.

*


— Par où est-ce qu’on sort ?
— Par là où vous êtes entré.

*


— Vous avez lu ce livre ?
— J’ai passé l’âge de ce genre de fadaises.

*


— Où rangez-vous la littérature érotique ?
— Pardon ?
— La littérature érotique ?
— Vous cherchez quoi, pornographie ? Zoophilie ? Sadisme ? Masochisme ? Pédophilie ? Nécrophilie ? Scatologie ? Mmh ?

*


— Je cherche la nouvelle version du Manuscrit trouvé à Saragosse.
— Allez à Saragosse.
— Sans plaisanter ?!
— Je ne plaisante jamais.

*


— Vous avez des livres-bain ?
— Oui.
— Où puis-je les trouver ?
— Au rayon Jeunesse.
— Où est le rayon Jeunesse ?
— À côté du rayon Bédé.
— Et où se trouve le rayon Bédé ?
— De l’autre côté.
— À cet étage ?
— Non.
— Mais où alors ?
— En dessous.
— Vous voulez dire à l’étage inférieur ?
— Non.
— Bon ! Où se trouve exactement le rayon dans lequel je trouverai des livres-bain ?
— Au premier étage, à droite de l’escalator, au fond de l’allée.
— Merci…
— De rien, c’est mon travail.

*


— Combien coûte ce livre, s’il vous plaît ?
— À vue d’œil, dans les dix euros.
— Vous pouvez vérifier ?
— Vous ne me faites pas confiance ?
— Si mais…
— Dix euros, à prendre ou à laisser.

*


— Je cherche l’Avare, de Molaire.
— Molaire, ça ne me dit rien. Il faudra repasser avec la bonne référence.

*


— Où sont les livres de cuisine ?
— Ha, ça, il faudra demander à mes collègues qui s’occupent des livres de cuisine.

*


— Vous avez des livres sur la sclérose en plaque ?
— La sclérose en plaque, vaste sujet …

*


— Vous avez quoi sur le cancer ?
— Ça dépend, lequel ?

*


— Vous les mettez où, les livres sur les chiens ?
— Au rayon Politique ? Dans l’allée, prochaine pièce à droite.
— Ah. Et les livres sur la politique ?
— À votre avis !?

*


— Vous pouvez m’aider ? Je suis pressée, j’ai un train à prendre.
— Bien sûr, qu’est-ce que vous cherchez ? Attendez, laissez-moi deviner ! Un beau livre sur les trains ? Un roman d’amour facile à lire, pas prise de tête, pour le voyage ? Un guide sur la Corrèze ? Un essai sur les ratages de la chirurgie esthétique ? Sur l’acceptation de la vieillesse, du temps qui passe, de la mort ? Un guide pratique pour apprendre à gérer son temps, ses retards? À ne pas couper la parole ? À ne pas partir alors que votre interlocuteur n’a pas terminé ? Madame ?…

La prochaine fois, je vous expliquerai comment le libraire affûte sa technique du conseil.

 

Chronique précédente.

 

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E