Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

C H R O N I Q U E S   I R R É G U L I È R E S
D ' U N   L I B R A I R E
   E N   L I B R A I R I E

PAR CYRILLE PROLES

. . . . . .

La danse de l'ours

Nous avions la loi de la jungle, nous avons la loi de la librairie. Les vacances scolaires automnales sont une préparation parfaite au mois de l’extrême, le bien nommé mois de décembre. La rentrée de septembre s’est bien passée, les impôts ont été prélevés, les Pères Noël apparaissent doucement dans les vitrines. Le carnaval des prix littéraires pointe le bout de son nez et la clientèle reprend goût au bain de foule.

Le libraire se doit donc de réapprendre à donner le maximum de son corps, ainsi que de sa tension nerveuse. Il faut ici signaler qu’il n’y a pas d’égal au mois de décembre. Néanmoins, novembre est un bon entraînement.

Certains libraires misent sur leur jeu de jambes, à la manière des grands boxeurs. Lorsque vos bras sont remplis de livres, vous avez à swinguer entre les déambulateurs désorientés sans faire chuter votre bien précieux. Si l’on vous stoppe dans votre élan pour une question directionnelle, l’essentiel est de ne pas perdre l’équilibre et de savoir jouer du menton.
J’opte personnellement pour le déhanchement, une méthode plus proche de la danse contemporaine. En effet, il me semble que rien ne vaut la position oblique momentanée pour freiner un empressement compréhensible.
Une pile de livres dans les bras, c’est lourd et fragile. D’ailleurs, ne pourrait-on pas bannir définitivement les couvertures glacées ? C’est beau ça brille, mais ça n’adhère pas, ça glisse !
L’art du libraire peut donc s’apparenter sans complexe à celui du skieur de Super G. Le slalom, là est la compétence. J’en ai vu certains qui s’aidaient du corps des clients pour ne pas perdre l’équilibre, et grappiller quelques centièmes de seconde. Là, je m’insurge ! En puritain, je revendique l’art du swing, la performance de démembrement. La beauté du frôlement.

L’autre problème, c’est la roulette. Une roulette, six caisses. La vision nécessaire au conducteur est partiellement bouchée. Il faut alors faire un maximum de boucan, du moins est-ce ma méthode, pour qu’on vous laisse le passage. Il suffit pour cela de prendre un maximum de vitesse et de rouler sur la bande de carrelage.
Certains égrènent un chapelet de « pardon, pardon … » tout le long de leur parcours, mais je considère que ça rend le client quelque peu passif. J’appelle par ma technique à son attention sur le fait qu’une librairie est un endroit dangereux. La roulette broie le tibia comme la tondeuse coupe la marguerite.
Il y a aussi ceux qui tirent la roulette plutôt que de la pousser. C’est une méthode intéressante, mais qui est peu confortable.

Le plus délicat, ce sont les bouchons. Les flux de clients tiennent de l’aléatoire, et il arrive souvent qu’un agglomérat se forme au milieu de l’allée. On reconnaît le bon conducteur de roulette à sa réaction.
Celui qui s’arrête a encore beaucoup à apprendre. En effet, un léger ralentissement permet à la foule de se modeler. C’est toujours étonnant de remarquer à quel point la foule est un organisme à part entière, capable de se scinder pour vous laisser le passage, et de se refaire dans votre dos. Un véritable organisme monocellulaire !
Quant au client accroché à son téléphone portable, je ne sais qu’en penser. Si vous l’avez de face et que vous êtes encombré, rester méfiant est l’attitude la plus judicieuse. Car qui peut bien savoir quelle va être sa réaction ?! Est-il vraiment en communication, son regard vide va-t-il vous apercevoir, vous fonce-t-il dessus volontairement ? Nul n’a les réponses à ces questions. Le phénomène est trop récent et encore difficile à analyser.

Nous avions la loi de la jungle, nous avons la loi de la librairie.

 

Chronique précédente.

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E