Y R A V O B

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

Y R A V O B
suivi de
A U T R E S   P R O P O S I T I O N S   D E   T I T R E S
P O U R   C E   T E X T E   ( À   L A   D E M A N D E
D U   R E P R É S E N T A N T
E T   G E N T I M E N T   E N V O Y É E S
P A R   L ’ A U T E U R )

PAR BERNARD DEGLET

. . . . . .

 

« Et ma rondelle ? », dit suffisamment fort pour que le garçon ne puisse pas faire comme s’il n’avait pas entendu. Il s’arrête, se retourne.

« Et ma rondelle ? », répète la fille. Avec quelque chose de très violent dans le timbre, voix légèrement sortie de son registre et qui tremble, comme fait Christine Angot parfois.

Comme s’il avait pu oublier sa rondelle.

« Ah oui ! votre rondelle… , a répondu le serveur, dompté. Tout de suite, j’arrive tout de suite! »

En voyant cette scène j’ai su qu’en cas de thé citron très souvent le garçon oubliait la rondelle. Que si j’étais à sa place, dans ma tête, la fille je l’appellerais Emma Rondèle, comme si c’était, chère Christine, une sorte de Bovary à rebours.

Et ma rondelle ?

 

. . . . . .

A U T R E S   P R O P O S I T I O N S
D E   T I T R E S   P O U R   C E   T E X T E
( À   L A   D E M A N D E   D U   R E P R É S E N T A N T
E T   G E N T I M E N T   E N V O Y É
 E S
P A R   L ’ A U T E U R )

. . . . . .

 

En cas de thé citron.
En cas de thé citron très souvent le garçon.
(Comme s’il avait pu) oublier sa rondelle.
Comme une fille, j’ai couru après un visage d’homme.
En la voyant tourner le dos, il perçut les battements de son cœur.
À l’extrême bord du mois d’août.
Le calcaire dans la cafetière, on dirait l’Australie.
Des fois, je regarde l’ampoule.
Dans l’œil morne d’un pigeon gris.
L’odeur amère des gants gelés.

 

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E