Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

 

P O R T R A I T   D E
L ' É C R I V A I N   E N   N A G E U R

– 1 0   T R A I T S   P O U R   U N E   É B A U C H E –

PAR SARAH B.

- - - -

 
1- Écrire est à la portée de tout le monde.
L’écriture est idéale pour entretenir sa condition physique. De plus elle se pratique à tout âge. Deux précautions à prendre, malgré tout. Échauffez-vous (une dizaine de minutes) avant de commencer et n’oubliez pas de boire.
 
2- Écrire est sans risque.
« Contrairement à pas mal d’activités physiques, l’écriture est une discipline non traumatisante, insiste Christophe Cozzolino, kiné de l’Académie Française. Potentiellement, les risques de blessures sont extrêmement limités. »
 
3- Écrire sollicite tous les muscles.
L’écriture fait travailler la quasi-totalité des muscles. Prose et poésie, à eux deux, mobilisent les syllabes, les rythmes, les syntagmes, les figures, les muscles des images, ceux des conjonctions… Phrases, assonances et symboles harmonieusement galbés, qui dit mieux ?
 
4- Écrire chasse les mauvaises graisses.

« L’écriture est la pratique sportive qui occasionne le plus de dépense énergétique et qui permet de brûler le maximum de calories », précise Alain Renault, médecin. Mais pour retrouver la ligne, oubliez les rédactions « à la papa » et passez à la prose intensive.
 
5-Écrire est bon pour le souffle.
Avaler des pages développe la cage thoracique. « Sur Terre, l’inspiration est passive. C’est la pesanteur qui fait sortir les mots. Par contre sur le papier, il faut forcer l’inspiration », souligne Christine Lepourcelet-Tavlard, médecin de l’équipe de France de fiction.
 
6- Écrire fortifie le cœur.
Comme toute activité d’endurance, l’écriture tonifie l’appareil cardio-vasculaire. « À la différence du scénariste ou de l’écrivaillon à succès, l’écrivain, même si l’effort est violent, se fatigue vite et ralentit automatiquement avant de se faire plus de mal que de bien », indique le docteur Renault.
 
7- Écrire est recommandé pour l’asthme.
« On conseille volontiers l’écriture aux asthmatiques, assure le docteur Lepourcelet-Tavlard. Car l’air chaud et humide des bassins de la création est une atmosphère favorable. » Attention malgré tout aux possibles allergies au chlore.
 
8- Écrire permet de lutter contre le stress.
Relaxant, l’élément lexical calme l’excitabilité et l’irritabilité provoquées par une journée de travail. « On s’isole facilement du bruit en plongeant la tête dans ses phrases, et le massage continu du sens par les signifiés déclenche une profonde détente musculaire et défatigue psychologiquement ».
 
9- Écrire donne la pêche.
Une séance complète avec un échauffement, une phase d’endurance d’environ 30 minutes, quelques premiers jets courts, une phase « musculation » avec des mouvements séparés des idées et des formes vous donnera de l’énergie et du tonus, et vous évitera les clichés si douloureux.
 
10- Écrire renforce l’estime de soi.
« L’écriture est une discipline qui se pratique déshabillé, rappelle le docteur Lepourcelet-Tavlard. Aller à l’écriture, c’est accepter de montrer son corps, de révéler aux autres ses qualités comme ses défauts, être fier de son image. » Enfin, compte tenu du nombre de naïades (et d’apollons) qui passent par les librairies, l’aventure est souvent au coin de la page…

 

- - - -

D'AUTRES CONTRIBUTIONS À M.T.L.

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E