Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

L E   P E T I T   P E R O N C H A
R O U G E

PAR THOMAS BONIN

. . . . . .

Une gamine qui était bien vue dans le quartier et sa grand mère qui venait de lui filer un nouveau sweat-shirt rouge, vraiment cool. C’est comme ça qu’on la reconnaissait. On l’appellait: Peroncha, Peroncha rouge.

Un jour sa mère lui dit :
— Va chez mamie, dans le sac: pizza et pinard. Tu t’approche pas trop sinon elle va te refiler la mort. Et si quelqu’un te choppe tu gueule et tu te taille. Dépêche-toi et dis lui bonjour.

Sur ces bons conseils Peroncha se trace, passe les couloirs obscurs et l’escalier, arrive dans le hall court jusqu’à l’abris de bus mais là, un cheloup vient lui parler:
— Ça va, Peroncha?
— C’est ça, salut !
— Où tu vas, qu’est-ce t’as dans tes poches ?
— Lâche-moi t’es reloup.
— Vas-y donne une part de pizz’, tu prend quel bus ?
— Le 22, j’ai trois arrêts et c’est la baraque la plus pourrie du coin les volets bleus ou ce qu’il en reste...
— Bleu ?

— Y a une teuf à la cité du bois joli, si tu viens avec moi j’te paye un truc?
Le cheloup répond à son portable, raccroche et dit:
— Désolé princesse j’peux pas t’accompagner j’ai un buisness sur le feu.
— Une promesse est une promesse… je n’ai qu’une seule parole…
— Voilà 20 tickets, vas-y toute seule.
Peroncha ne pouvait pas s’en empêcher.

Elle vira direct sur Bois joli après avoir laché le cheloup à l’arrêt de bus. À Bois joli c’etait le pied, y avait tout le monde et des murs de sons énormes…
Peroncha se dit: «Je vais mettre un exta dans la pizz’ à mamie, ça lui fera surement plaisir. Un pour mamie trois pour ma face.
»

Le cheloup lui, il avait pris le bus 22.
Attendu 3 arrêts et était descendu.
Il se plante devant la porte de mamie.
Sonne :
— C’est moi ! Avec la pizza, ouvre.
— Détache la chaine, avec tes mains de fouine, tu vas y arriver…
Le cheloup entra sans lézards. Bondit sur la vieille et la creva. Il choppa tout ce qu’elle avait sur elle et se pieuta à sa place. Il enfila les ray-ban de la vieille.
Pendant ce temps Peroncha voyait le monde en couleurs.
Elle hallucinait sur tout.
«Merde la vieille!»

Perocha arriva plus tard chez la mamie.
La porte était grande ouverte.
«Huuu! Tout est trop zarb aujourd’hui. Mamie, mamiiiiie!»
Dans la chambre, en ouvrant les stores, elle découvrit sous la couette sa grand mère empaquetée avec un air étrange.
— Comme tu as de grandes oreilles, grand-mère !
— C’est pour mieux t’entendre.
— Comme tu as de gros yeux, grand-mère !
— C’est pour mieux te voir, répondit-elle.
— Comme tu as de grandes mains !
— C’est pour mieux te prendre, répondit-elle.
— Oh ! grand-mère, quelle grande bouche et quelles terribles dents tu as !
— Ouhais, hé bien c’est rien à coté du reste, dit le cheloup!

 

. . . . . .

D’AUTRES CONTRIBUTIONS À M.T.L.

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E