Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

 

 

L ’ É T A T   H U M A I N

PIERRE BONNAY-FOURCADE

. . . . . .

À une époque éventuelle, l'État se donna pour objectif d'alléger les sévérités de la politonymie et confia à la Commission d'Humanisation Élémentaire (CoHuE) la tâche de renommer toutes les appellations étatiques qui nécessitaient une poétisation. Les députés de la CoHuE s'exécutèrent. Après quelques tables rondes concertées dans la sérénité, ils remirent des propositions qui ne tardèrent à être appliquées.

Ainsi, la République Française devint L'Espace Républicain des Françaises et des Français pour la liberté, l'égalité des chances et la fraternité citoyenne.

Le Premier ministre prit le titre de Modérateur des idées de la Nation.

Le ministère de la Défense se mua en Maison des sécurités pour toutes et tous.

Le ministère de la Santé se transforma en Ensemble social et citoyen pour la préservation de la santé, le respect des différences génétiques et la recherche sur les technologies gourmandes.

Le ministère des Finances s'appela Portefeuille des générosités citoyennes pour le progrès de la Nation et l'épanouissement des Régions.

Le ministère de l'éducation évolua en Aire de l'avenir des citoyennes et des citoyens pour l'élan culturel, le progrès solidaire, la tolérance et l'égalité des chances.

Le Baccalauréat devint une Charte de l'avenir citoyen, la licence un Contrat de culture universelle, la maîtrise un Contrat de culture maîtrisée et le CAP un Contrat de culture technique et social.

Des idées soumises par deux députés se virent refusées par la CoHuE. Un représentant de Port-du-Progrès-des-Normands (anciennement Le Havre) avait proposé un retour au calendrier républicain et aux appellations citoyen et citoyenne pour remplacer monsieur et madame. Et un député de L'Ile méridionale de toutes les Beautés (ex-Corse du Sud) avait opté pour qu'un titre de César citoyen Auguste solidaire se substituât à la Présidence de la République. À leur grande surprise, les deux élus entendirent la Commission leur répondre que certaines appellations, pour poétiques qu'elles puissent paraître, se voient parfois associées à des époques inhumaines.

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E