Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

L E   C O R É E N

PAR THOMAS VINAU

. . . . . .

Les quatre poilus se mirent à tourner dangereusement autour du cadavre. On pouvait voir l’ombre de chaque corniauds se répandre en collier sur les murs de la cave. Soudain les quatre chiens arrêtèrent leur ronde et l’un d’entre eux se mit à parler:

— Il est à moi. Tout ce qui reste est à moi, ça me revient de droit.
— Et pourquoi donc s’il te plaît ? Tu n’as pas plus de droit que nous autres, et ce n’est pas en bavant dessus que tu nous convaincra.
— Il est à moi, le monde est à moi, dans mon pays, j’étais le chien du maître du monde.
— Tu n’es plus dans ton pays, le bridé, il n’y a plus que nous quatre et ce n’est qu’un bout de viande après tout. Partageons-le.
— Jamais.
— Alors jouons-le, rétorqua le quatrième, à moins que tu n’aies peur de perdre.
— Ne me provoquez pas. La peur est une notion d'occidental paresseux.
— Allez, tout s’achète, se vend, se joue ou se monnaye. Choisis ton jeu; bridge, roulette russe, concours d’apnée, dico, course de p édalos.
— Je connais un jeu sympa avec des quilles et des boules, mais il nous faudrait des quilles et des boules.
— Poker ?
— Poker, répondirent les trois autres.

Ils se roulèrent des cigares, attrapèrent un paquet de cartes et les quatre chiens se mirent à jouer au poker pour mâchouiller l’ennui et se remplir le ventre.

On est jamais contre une bonne vieille partie de poker lorsqu’on est enfermé dans une cave après la fin du monde. Il y a là: Matraque, le fayot régressif et amoureux de l’ordre; Capsule, un bâtard fallacieux sorti du caniveaux; Glucide, un gros et débonnaire bon chien à sa mémère; et enfin le petit Hargneux, un belliqueux et minuscule enfant gâté tendance asiatique qui veut dominer le monde. Ces quatre-là, au fond de leur cave, sont tout ce qu’il reste de la SPA qu’il y avait au-dessus, et de la ville qu’il y avait autour de cette SPA, et du pays dans lequel brillait cette ville, ainsi que du continent sur lequel s’étendait ce pays, autrement dit, ces quatre-là, au fond de leur cave, sont tout ce qu’il reste de vivant sur la planète après que les quelques complexés belliqueux que furent leurs maîtres ne se soient mis à comparer la taille de leur bouton rouge.

Ces quatre-là ont senti la terre trembler, le jour devenir nuit puis redevenir définitivement jour, alors qu’une odeur particulièrement inconnue de leurs truffes expertes recouvrit tout ce qui est recouvrable. Des types à moitié carbonisés sont venus se réfugier dans la cave pleine de cage avant d’agoniser lentement, et puis plus rien. Le temps s’est arrêté. Les chiens ont rongé leurs ongles en attendant que quelqu’un vienne les chercher, mais personne n’est venu alors ils ont mangé les morceaux de cadavres, un à un jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus qu’un et maintenant ils ont faim, très faim et si un bon poker pouvait résoudre ça, hé bien, c’était tant mieux.

Capsule remuait les cartes. Il était tellement professionnel qu’il pouvait distribuer avec ses quatre pattes. Glucide mâchait son cigare, il n’avait jamais fait, ce gros balourd, la différence entre la vie et du chewing-gum. Matraque restait concentré, comme toujours. Il semblait évident que le petit Hargneux souffrait d’un complexe d’infériorité, car avant même de jeter un œil sur ses cartes, il avait lâché un «Ne me provoquez pas !» entre ses petites dents serrées de gniaqueur de mollets.

— On mise quoi ? demanda Glucide
— La bouffe, répondit aussitôt Capsule
— Le gagnant remporte la carcasse, confirma Matraque. Mais il devra donner un bout de son choix à chacun, poursuivit il.
— Ok ! répondirent-ils tous en chœur, alors qu’une inquiétante sécrétion blanche se mit à dégouliner de la gueule serrée du petit hargneux. Il ne put s’empêcher de lâcher un dernier «Pas peur de vous ! Enfoirés d’impérialistes!» avant de commencer.

Malgré tout, la partie se déroula plutôt sereinement. Matraque tenta une technique de reniflage de carte fort peu fructueuse, tandis que Glucide se laissa complètement dépasser par sa salivation excessive en se retenant de mâchouiller ses cartes. Capsule fumait son cigare avec l’apparent plaisir de celui qui se laisse aller quand sa femme n’est pas là.

— On est pas bien là quand même ! s’exclama-t-il. Liberté, poker et pas un casse-couilles. Et puis ce silence, quelle merveille…
— Moi, il m’endort un peu, rétorqua Matraque. Déjà que je ne sens plus rien.
— C'est mon pays qui a inventé le silence. Et le poker aussi, c'est mon pays qui a inventé le poker, grogna Hargneux.
— Ta mère devait être un chat, se moqua Capsule.
— Ma mère était la plus belle dame du monde, les livres d'histoire raconte que lorsqu'elle est née, les étoiles se sont baissées pour mieux voir.
— Et le ciel lui est tombé sur la tête non? rigola Glucide.
— Vous n'êtes que d'impies bâtards bourgeois! s'exclama le petit, toujours plus énervé.
— Tss, Tss, Tss! Allons, allons, messieurs, jouons plutôt. Réglons cela sur le tapis comme de vrais gentlemen. Je vous rappelle qu'il nous reste un homme pour le dîner.
— Et après, qu’est ce qu’on va manger? demanda Glucide obsédé par les bruits de son ventre.
— Nous jouerons celui qui sort en premier, répondit Matraque, s’il revient vivant nous irons en chercher d'autres.
— À moins que l’un d’entre nous n’en soit pas capable, lâcha Capsule en regardant le petit Hargneux pour le pousser encore un peu plus à bout.
— Ne me provoquez pas, hurla l’autre avec une pointe d’accent asiatique, je suis plus capable que n’importe lequel d’entre vous, chiens d’occidentaux boursouflés, le monde est à moi, à moi, à moi! commença-t-il à s’énerver.
— Vas y tout de suite, si tu es un vrai chien de maître du monde.
— Très bien, fumiers d’impérialistes ! Tant pis pour vous, tout ce qui est dehors est à moi! lâcha-t-il en se précipitant déjà vers la porte avant d'hurler un ultime «Banzai!» Dans son œil l’orgueil était une couleur palpable. Il grogna de mépris un dernier coup et sorti. Aussitôt, les trois autres se précipitèrent derrière lui pour fermer la porte.

— Un de moins, rigola Glucide. Même lui, avait compris la ruse.
— On s'y remet ?
— J’ai jamais pu le blairer ce chinois prétentieux, lâcha Matraque.
— Coréen, rétorqua Capsule en redistribuant les cartes. Je crois qu’il était coréen.

Le gros Glucide, en laissant traîner ses yeux sur les murs, demanda:
— C’est quoi ces trucs visqueux sur les parois ?
— Des champignons, répondit Matraque.
— Et vous croyez que ça se mange…

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E