Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

L A   L E T T R E   D É G U I S É E

. . . . . . .

[Votre opinion est importante : puisque c’est la vôtre. Ne manquez pas d’humour, vous ne manquerez pas de lecteurs. Envoyez votre opinion :
lettres@monsieurtoussaintlouverture.net ]

. . . . . . .

Afin de préserver l’anonymat en général, les prénoms ou indications géographiques ont été remplacées par des titres de films choisis de façon aléatoire.

De : Il était une fois dans l'ouest
À : Milou en mai
Objet : Erasmus à Greystoke (5/11/03)

Milou en mai, pour commencer, j’aime bien le papier à lettre que L’Empire contre attaque m’a donné et sur lequel je t’écris; certes, l’espace est un peu réduit mais je trouve que (je trouve que) ce genre de petites cartes rigides est d’un chic fou. Passons aux choses sérieuses.

Je suis maintenant à Greystoke depuis presque une semaine et on ne peut pas vraiment dire que la situation ait beaucoup évolué depuis mon arrivée : je n’ai pas d’appartement et Un cœur en hiver, avec qui je suis supposé colouer a mystérieusement disparu de la circulation. Ce n’est pas tellement que je tienne à partager mon logie avec un étranger (au contraire) mais étant donné que je vais rester ici seulement cinq mois (et lui plus), il sera plus facile de trouver un logement car, paraît-il, les agences refusent de louer pour une durée si dérisoire (quels connards soit dit en passant). Bref, la situation est plutôt merdique mais j’essaie de faire face avec autant de détachement que possible.

Par bonheur, il se trouve qu’une gentille Sue perdue dans Manhattan (Le jour le plus long, que son nom soit béni) m’a proposé de m’héberger (dans son génial appartement de 70 m2 avec vue sur le Pont de la rivière Kwaï) jusqu’à que je trouve un logis (c’est-à-dire bientôt j’espère car Psychose arrive dans 4 jours).

Aujourd’hui nous sommes dimanche, j’ai mangé les scones que j’avais préparés la veille (ils n’étaient d’ailleurs pas très réussis) ce matin et à midi, après une promenade sur le mont L’homme qui en savait trop, j’ai ingurgité un menu bigmac. Rien de bien dépaysant comme tu peux le voir... Il est maintenant pas loin de 16h, je suis seul chez Le jour le plus long (qui dîne chez ses parents pour le dimanche midi) et j’écoute “Les plumes du cygne”, un groupe de Manhattan très populaire que j’ai d’ailleurs vu en concert hier soir sur une grande place de Greystoke en plein air (place Le testament du docteur Mabuse) avec un ami du Jour le plus long nommé Les aventuriers de l’Arche Perdue (encore un nom imprononçable).

Rencontrer tant de gens m’épuise, il me tarde de pouvoir jouer les mites autistes dans mon appartement (seul si possible, mais ne rêvons pas). Parmi les annonces, il y a un appartement de 42 m2, à côté du parlement (!) pour 28 M Je règle mon pas sur le pas de mon père (soit un peu plus de 100 euros) mais selon Le jour le plus long, pour une si grande superficie et un prix si dérisoire il ne peut s’agir que d’un trou infâme infesté de rats (ce qui est malheureusement sans doute vrai).

Voilà deux jours que L’Empire contre attaque est parti. Le séjour en sa compagnie et celle de Quand Harry rencontre Sally s’est bien passé, si ce n’est que Quand Harry rencontre Sally (bien que vraiment très gentille et au moins un millier de fois préférable à Backdraft) commençait très sérieusement à me taper sur les nerfs avec ses : “c’est tout de même très pauvre” ou “cette façade aurait bien besoin d’un coup de peinture” ou “c’est très très néogothique, non c’est plutôt mauresque” (...ses deux nouvelles expressions favorites) ou encore “Ah! (soupir), cette pauvreté, c’est le communisme!” (le pire fléau que l’humanité ait connue selon elle). Mais trêve de médisances (Ah! j’oubliais : “Quand je pense que Sissi a emprunté cet escalier!”, quelle extase en effet ! Sissi ! La meringue humaine a emprunté cet escalier ! C’est extraordinaire ! Nous avons d’ailleurs appris que le belle Sissi était à 35 ans un véritable monstre qui crachait ses dents – rien à voir donc avec Romy Schneider – ce fut dur à avaler pour Quand Harry rencontre Sally, tu imagines : la belle légende de la princesse choucroute ainsi écronée ! C’était intloérable ! Quelle sale langue de vipère ce guide de calomnier ainsi !

Bref, j’arrête pour de bon de médire cette fois. J’ai commencé (et même bien entamé) le roman de Trois couleurs rouge, Le pacificateur, c’est vraiment bien. Ah! oui! lundi, normalement (si je ne suis pas en train de visiter un appartement, j’aurai mon premier cours sur le thème “Proust et ses contemporains” (quel rapport avec Manhattan et Blow out te demandes-tu peut-être : je te rassure, absolument aucun, c’est simplement que si je n’assistais qu’à un seul cours – celui du vendredi, sur le thème “comparaison des nations française et Manhattan”, déjà plus en rapport avec mon thème de recherche - je n’aurais qu’une heure et demi par semaine, ce qui serait intolérable pour l’administration, donc, je dois assister à ce séminaire pour lequel on me mettra une note qui ne comptera absolument pas - Je m’en fiche, j’irai car ça m’intéresse.
Bon, ma sœurette, ce sera tout pour cette fois.

Bye, bye.

Il était une fois dans l’Ouest.

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E