L'enterrement

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

L ' E N T E R R E M E N T

PAR NICOLAS BERNAL

. . . . . .

Il faillit s’emmêler les doigts en refaisant le nœud de sa cravate puis il consulta la montre posée sur le rebord de l’évier : dix heures cinquante-cinq. Autrement dit, l’enterrement commençait dans cinq minutes, et lui n’avait pas encore ciré ses chaussures, ni réfléchi à un mot spirituel à écrire sur la carte d’adieu. Il dut se résoudre tout de même à brûler les étapes, quoiqu’il trouvât indécent de se présenter ainsi à l’enterrement d’une personne qui lui était si proche.

Il alla dans sa chambre et fouilla dans le tiroir de sa table de chevet comme un forcené, n’y trouva rien, se dirigea vers l’armoire où il répéta les mêmes gestes, puis, dans la pénombre de l’armoire, glissa un objet dans la poche de son pantalon. Il était déjà onze heures.

Au cimetière, ce fut un grand désordre, on n’avait pas encore le défunt alors que la tombe était béante, un tas de vieilles maquillées et de gamins criards attendaient, hurlant au scandale. Les curés et les fossoyeurs se mélangeaient les pinceaux, ils n’étaient plus d’accord sur l’identité de la personne à enterrer. Un des curés dit à un fossoyeur: « Faites ce que vous voulez, il faut arranger ce problème, il y a des gens qui attendent et moi je dois faire ma messe, après. Alors débrouillez-vous, donnez-moi un autre corps si ça vous plaît, vous pouvez bien trouver ça, vous... »

Enfin, on rassura le public qui n’en pouvait plus de retenir ses larmes: tout était arrangé, la cérémonie allait commencer.
Il arriva au cimetière avec dix minutes de retard, la foule compacte de spectateurs trépignait et se hérissait d’impatience. Il y aperçut sa fille qui lui renvoya un regard qui signifiait c’est pas trop tôt. Il s’approcha du trou, lissa sa cravate et sortit son pistolet de la poche de son pantalon. Il jeta un coup d’oeil au fond de la fosse et y vit la terre fraîche plongée dans l’obscurité, il distingua sur une paroi un lombric convulsif, amputé par un coup de bêche. Il regarda à nouveau sa fille et la revit en souvenir, la veille : « Et demain, Papa, qu’est-ce qui se passe ?
— Eh bien, on m’enterre.
— Exactement, et ce sera un grande fête. Tu es content ?
— Evidemment que je suis enchanté, Cléophée. »
Maintenant, il tournait le dos à l’obscurité de la terre, il faisait face à l’agglutinement et, le canon posé sur la tempe, parla en ces termes: « Mes amis, ne perdez pas patience, me voilà, c’est moi qu’on enterre aujourd’hui. »

Il pressa sur la détente et tomba dans l’abîme, avec un bruit mou. Tonnerre d’applaudissements.

 

. . . . . .

LES DERNIÈRES CONTRIBUTIONS À M.T.L.

Listes des mystères insondables qui ne seront peut-être jamais résolus; dite aussi : liste des 9 grands pourquoi. Cette liste m'a été révélée directement par l'esprit des 18 Vénérables du Haut Imeuble Céleste par Pascal Lipp.
Lettre ouverte à posteriori par Anna-Maria Bigot.
Rock'n Roll Note : Can - Tago Mago (1973) par Thierry Acot-Mirande.
Petite compilation de messages reçus par différents moteurs de recherche par Alexandra Martinière.
Top 10 des meilleures ventes des années 80 remixé en top 6 par Laurent Latour.

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E