Big sister

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

B I G   S I S T E R

PAR PASCAL BORIES

. . . . . .

L’espace qui me sépare de toi est infime. Quelques centaines de centimètres, à peine. Pas franchement le genre de distance infranchissable. Quoi que. Si l’on considère que tu es ma voisine, que naturellement je ne te connais pas et que, par conséquent, il faudrait une sorte d’événement pour nous réunir, les choses se compliquent. La ville rapproche les solitudes. La mienne et la tienne, en l’occurrence. Nos solitudes se tiennent chaud, l’une tout contre l’autre. Et puis, un jour, ou plutôt une nuit, enfin vers trois heures du matin, nous nous sommes retrouvés face à face.

Tu es là, juste derrière ta fenêtre qui fait face à la mienne, au premier étage, de l’autre côté de la cour. Tu as remonté le couloir qui mène à l’interrupteur, près de ta porte d’entrée, avant d’aller te coucher. Mais tu as dû m’apercevoir, tapi dans l’obscurité de mon appartement. Alors tu t’es immobilisée. Tu me faisais face, le visage tourné vers moi, tes dessous noirs découpant ta silhouette pulpeuse dans la lumière. J’ai bougé, comme si ton regard m’avait atteint et gêné. Quand j’ai à nouveau tourné la tête vers toi, tu avais éteint la lumière et tu me tournais le dos pour repartir vers ta chambre, un triangle noir étroit pointant vers le creux de tes fesses.

M’avais-tu remarqué ? Étais-je en train de rêver, perturbé par les effets d’un anxiolytique ? Mais voilà que tu repasses. Nue. D’un côté du couloir à l’autre, de la salle de bain au salon, puis des toilettes à ta chambre. Tes va-et-vient me rendent fou. Se peut-il que tu n’aies, comme moi, volontairement pas accroché de rideaux à tes fenêtres ? Que tu te promènes habituellement ainsi, entièrement déshabillée, même l’hiver par zéro degrés de température extérieure ? Et que tu n’aies pas la moindre intention d’être vue ? Non, je décide que non. C’est impossible et tu le sais. Forcément. Tu sais que je te vois.

Plus tard, je dors enfin. Le bruit de la sonnette me réveille. C’est toi, ça ne peut être que toi.
-Marie ! Quelle surprise, qu’est-ce que tu fais là ?
-J’avais trop envie de toi…

Plus tard encore, je fais l’amour avec Marie, nous faisons du bruit, c’est extrêmement bon. Mais, du coin de l’œil, je t’aperçois.

Nous t’avons réveillée. Tu es là, maintenant je te vois, derrière la fenêtre, tapie dans l’obscurité de ton appartement.

. . . . . .

D ' A U T R E S   P E T I T E S   C H O S E S   À   L I R E ?

Bref entretien avec Julien C., l'homme qui a vendu le monde par Lydie Romain
Bref entretien avec Jérome B., créateur de slogans pharmaceutique par Lydie Romain.
Bref entretien avec René Fabre, chasseur de TGV par Lydie Romain.
Liste de romans, nouvelles, guides pratiques et autres «non-écrits» pour lesquels vous pouvez vous même composer la couverture et le contenu grâce à votre seule imagination par Nathalie Casbas.

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E