Kant et le séquoïa

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

K A N T   E T   L E   S É Q U O Ï A

PAR XAVIER GALAUP

- - - -

- Où tu vas ?

- Je craque.

- Pourquoi ?

- C’est cette partie de cartes au milieu des cafards.

- Eh bien ?

- Ce bruit de grouillement, ça me crispe.

- Et ton sandwich, tu le termines pas ton sandwich ?

- Je préfère encore manger Kant

- Quoi ?

- Ça

- Ah, le bouquin écrit petit que tu lis…

- Non, c’est condensé.

- Quoi ?

- Le sandwich ; beurrejamboncafard !

- Moi, j’aime bien les cornichons qui croustillent

- Beurk !

- Quoi ?

- La philosophie du Beurk.

- Comment ?

- Le bouquin de Kant.

- Tu as déjà mangé un cafard ?

- En sandwich ?

- Non, cru.

- Je préfère jouer aux cartes.

- Où ?

- Dans le jambon.

- Comment ?

- Elle est morne, la conversation…

- J’ai rien dit

- Joue

- Tu me prêteras ton livre ?

- Lequel ?

- Celui du Beurk-Cafard.

- Non, c’est Kant.

- Alors ?

- Je rêve d’un séquoia dans cette cellule.

- T’es jardinier, toi, maintenant ?

- Non, je rêve juste d’agrandir cette putain de pièce.

- Où tu mettrais le pot ?

- Nulle part, je chie dedans.

- Comment ?

- Je chie sur les cafards.

- C’est peut-être bon à manger.

- Bataille.

- Hein ? tu triches !

- Je rêve de lire Bataille.

- Qui cela ?

- Le philosophe du dehors.

- Il jouait aux cartes ?

- Dans la morne solitude des prisons…

- Oui ?

- Les rêves deviennent grands comme des séquoias.

- - - -

D'AUTRES DIALOGUES

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E