Pierre Cendors: L'Homme caché

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

« Tous les hommes du roi commence
comme une comédie du pouvoir, emprunte les chemins
de la fresque historique et se conclut sur un entrelacs
de tragédies, la somptuosité de l’écriture le disputant
dans chacun de ces registres à la profondeur de la pensée.
Chef-d’œuvre ? Oui, dix fois plutôt qu’une. »
Les Inrocks

.

P I E R R E   C E N D O R S :
L ’ H O M M E   C A C H É

PAR PHILIPPE LEMAIRE

. . . . . .

Dans le cadre de nos campagnes permanentes de promotion de nos auteurs, voici un petit artcile de la main de l'incroyable collagiste Philippe Lemaire sur le livre de Pierre Cendors.

. . . . . .

Voici un livre assez troublant, et tout commence par le nom de l’auteur, dont c’est le premier roman. On nous dit que Pierre Cendors, né en 1968, a vécu plusieurs années en Irlande, en Ecosse, puis à Prague et qu’il vit aujourd’hui entre la France et la Suisse. Il n’est pas indifférent que Dominique Bordes, qui en fut le premier éditeur dans la revue Monsieur Toussaint Louverture, après avoir tenté vainement de le rencontrer glisse en fin de volume cette mise en garde : Pierre Cendors existe-t-il vraiment ? Qui se cache sous ce nom qui évoque à la fois le prénom slave Sandor et le souvenir d’un écrivain à la main coupée dont le goût pour l’affabulation alla jusqu’à multiplier les titres de livres imaginaires? L’affaire est d’autant plus obscure que Pierre Cendors nous entraîne au pays de Kafka, sur les traces d’Endsen, romancier et poète disparu à Prague dans des circonstances mal éludées, en 1984 pour les uns, en 1991 pour les autres. A-t-il été victime de la répression du régime communiste? Est-il mort ou a-t-il secrètement pris le train pour une ville inconnue? Il faudrait n’avoir aucun goût pour le romanesque pour s’offusquer qu’une œuvre de fiction porte sur un écrivain dont le nom ne figure encore dans aucun dictionnaire. A-t-on jamais reproché à l’auteur du Château l’impossibilité de localiser le lieu où son héros ne parvient jamais ? L’impression d’irréel que donne toute cette histoire est sa vérité la plus tangible. Il ne fait aucun doute que l’atmosphère mystérieuse de l’ancienne Prague et l’ambiance angoissante des années grises qui ont suivi l’invasion soviétique sont les véritables héros de ce roman. Mais il est impossible de saisir l’homme caché dont ce livre nous invite à frôler les secrets. Comme le suggère le collage de couverture, le lecteur est convié à s’aventurer dans un labyrinthe dont l’ambiance onirique le plongera dans une sorte de rêve éveillé. Rassurons-nous : il y a bien dans ce livre très habilement construit une entrée, une sortie et un rail pour guider le lecteur de la première à la dernière page. On en sort comme d’un train fantôme, après avoir traversé une bibliothèque peuplée de miroirs et croisé dans l’ombre un squelette devant l’écritoire. Laissez-vous tenter et prenez le billet d’entrée !

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E