F.J. Ossang

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

 

M E T S   T E S   L U N E T T E S

PAR JULIEN CAMPREDON

. . . . . .

MTL est une revue de nouvelles ! La preuve, notre prochaine publication est un recueil de poésie… En vue du lancement, le service marketing a décidé de mettre Franck Rouanes sur le coup, pour faire bonne impression à la radio.

Franck avait déjà passé des nuits dans sa cave, traduit la petite Argento et préparé une note à son sujet. Hélas, au cours d’une échappade à Montpellier : catastrophe, il oublie sur place son pantalon de traducteur poète et se retrouve à nouveau coincé dans sa cave. Maintenant qu’il na plus son artéfact vaudou en toile écrue pour communiquer avec le monde des muses : patatratra...

Concertation au service Marketing. Allons, voyons voir: Rouillé est en train de refaire son salon, Bonnet a une tête au réveil à faire peur à un poète, Monsieur Pi est un nombre trop mathématique… Et il nous faut absolument dès lundi une note sur Ossang pour le site. Voyez avec Campredon car même s’il collectionne des scalps poétiques dans sa cuisine, juste entre ses saucissons d’Ariège et le jambon des Pyrénées, on dit bien qu’Ossang est originaire du Massif Central, ça passera peut-être…

 

L ’ A L I B I   D U   R O C K E R

Avant de rentrer plus ou moins dans le vif de quelque chose – à défaut du sujet – je tiens à me positionner de manière indépendante : je n’ai rien à dire à propos de la poésie. En effet il serait un peu facile de passer une couche de langue sur tout ce passé bouillonnant et d’oublier Lydia Lunch et son « genuine tampax » s’écrasant sur la scène des Deads Boys. Ainsi – vive les punks – ne parlons pas des poètes (il n’y a qu’à les lire) mais de F. J. Ossang car j’ai une photo de lui chez moi et tout part de là, ce qui d’ailleurs nous ramène au punk. Sur ce cliché nous retrouvons Ossang qui, dessus, a une tête de poète et porte un manteau de poète, aux côtés de Joe Strummer qui, pour sa part, ressemble plutôt à un Anglais en parka. Joe Strummer n’ayant pas d’accessoire poète, il n’aurait donc peut-être jamais été de ceux-là – à voir.

Cette photo appuie un témoignage d’Ossang sur le défunt clashman ; l’homme au manteau de poète réalise aussi des films de poète (fétichisme ?) et a fait tourner Strummer dans l’énigmatique Docteur Chance. En 1997, nous revoyions ainsi Joe Strummer dans le rôle d’un trafiquant d’armes planqué dans un paquebot éventré à l’échouage improbable ; le réalisateur lui ayant mis dans la bouche ces mots surprenants : « I was a rock star ». C’était une sorte de réponse à tous les fans du leader du Clash qui s’interrogeaient alors sur ce qu’il était devenu depuis la dissolution du groupe culte : ne vous en faîtes pas les gars, ce fou est simplement pervers et trafique des armes dans un lieu improbable. Ouf !

Quelques temps plus tard Joe a démenti en disant qu’il élevait tranquillement ses filles dans un cotage quelconque… Pour le coup, c’était moins poétique, mais au fond peut-être plus surprenant. Or, il faut savoir que notre poète – Ossang – est aussi un rocker. Ainsi, pour les gens qui s’interrogent sur le pourquoi de ses poèmes et du montage de son prochain film en Amérique du Sud, je propose une autre lecture : il s’agit d’une couverture. En effet, peut-être que cet homme ment. Peut-être que, un peu comme Joe Strummer, il élève simplement ses filles dans une maison en pierres du massif central dans laquelle, à l’instar de Nicolas Rouillé, il est en train de refaire son salon…

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E