Un instantanée

Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Personne ne gagne de Jack Black
débarque en librairie !

.

U N  I N S T A N T A N ÉSERGE MEITINGER

J’ai en mémoire, j’ai en main un cliché — c’est une diapositive en fait, d’une taille insolite désormais (4x4 cm), réalisée en ce temps-là, en juillet 1970, avec mon petit appareil Kodak qui n’était vraiment qu’une boîte carrée faisant chambre noire et qui donnait pourtant des images superbes dues tout entières à la qualité de la pellicule, à celle de la lumière, à l’àpropos du photographe… L’image d’un village suisse surplombé d’une tour carrée et crénelée, de pierres rêches : Hospental, entre Coire et Sion (c’était le sens de mon trajet à ce moment), plus précisément entre Andermatt et le col de la Furka d’où l’on a vue si saisissante sur le jeune et bleu glacier du Rhône. Sur la photo, en tout premier plan le toit d’une voiture à l’ombre sous un arbre, de l’autre côté de la rue une maison en bois au fronton de chalet suisse, à gauche, posée sur un amas rocheux, la tour tutélaire et fruste, au fond l’abrupt de monts escarpés où l’on voit de la neige en traînées. Il faisait chaud. Je faisais mon voyage en auto-stop et j’étais posé là à la sortie d’une courbe de la route devenue rue, levant le pouce : j’ai photographié très strictement ce qu’il y avait devant moi. Je ne sais plus combien de temps j’ai attendu. Quelques années plus tard, en août 1984, voyageant en 4 L avec mon jeune frère, nous repassâmes par la même route mais dans l’autre sens, nous allions vers l’Autriche, traversant rapidement la Suisse. Mon frère avait tenu à conduire et il le fit tout au long du voyage. Je me laissais donc aller, comme passager privilégié, à la contemplation du paysage passant. Tout à coup, au décours d’un virage un peu raide, une tour m’apparut, familière et comme complice. Je mis quelques secondes à me rappeler. C’était déjà trop tard ! L’instantané était revenu à son point de départ : à l’éclat d’un coup d’œil, à un seul regard. Mes seuls liens avec ce lieu où je n’ai peutêtre même pas passé vingt minutes en tout ! Il n’y avait pas plus à voir, à dire.

14 décembre 2003
7h 58 - 8h 18

 

D ' A U T R E S   2 0   M I N U T E S

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E