Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

L A  C O R D E L E T T EPHILIPPE DE JONCKHEERE

Ce serait un film d'un vingtaine de minutes. La caméra serait placée à contre-jour d'une fenêtre, fixe.

Une femme serait assise sur le bord d'un lit qui serait placé devant la fenêtre, elle aussi à contre-jour. On ne saurait dire qui elle est. Elle bougerait peu, semblerait regarder par la fenêtre, mais de cela non plus on ne pourrait être très sûr.

Par la fenêtre légèrement entrebaillée à l'espagnolette, on entendrait la rumeur indistincte d'une rue, mais il serait difficile de savoir s'il s'agit d'une artère ou au contraire d'une rue secondaire ne figurant pas sur tous les plans de la ville. La mise au point de la caméra, en dépit du contre-jour, serait faite sur la femme assise sur le bord du lit. On ne percevrait donc rien de la vue sur laquelle s'ouvre cette fenêtre.

La scène serait assez immobile, pas très longtemps, mais le temps tout de même que l'on pourrait prendre pour décrire cette scène dans tout ce qu'elle a de peu remarquable.

Soudain un homme rentrerait rapidement dans la piéce et assommerait la femme d'un coup sec sur le crâne.

Ce qui vient de se produire est très rapide, suffisamment lent cependant pour que le spectateur ait le temps de comprendre ce qui vient de se passer.

Dans la rapidité de la scène et la violence du coup unique, l'homme, en armant son geste, aurait entrainé une corde reliée à la tringle à rideau.

Tandis que la femme est désormais sans vie, et hors cadre, la caméra ne bouge pas et continue de filmer le mouvement de pendule de la cordelette qui va s'aténuant jusqu'à devenir parfaitement immobile. Ce qui prend presque vingt minutes.

Fondu au noir.

Générique.

Je ne connais pas le titre de ce film, je ne l'ai pas vu, je ne me souviens plus exactement mais il semble que son script m'a été décrit par un étudiant d'une classe de photographie à Chicago. À vrai dire je n'en suis pas si sûr. Je l'ai peut-être inventé. Rêvé peut-être aussi. Le script de ce film ne m'a plus quitté depuis que j'en ai entendu parler ou que je l'ai rêvé. Comme je faisais souvent ce genre de rêves de scenari courts quand j'habitais à Chicago, je sais que ce film date de cette époque. Je notais toujours ces rêves, ces visions rapides, ces rêveries éveillées. Je n'ai jamais noté celui-ci sans doute parce que je n'ai jamais eu à le faire tant je l'ai vu et revu, au contraire de tous les autres rêves et pensées éveillées que j'ai notés dans des carnets de croquis. J'ai retrouvé tous ces carnets lors d'un récent déménagement. J'avais complétement oublié ces histoires courtes, j'avais oublié jusqu'à l'existence de ces carnets. Je viens de les relire tous, le script du film de la cordelette d'entrainement de rideau n'y figure pas.

 

D ' A U T R E S   2 0   M I N U T E S

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E