Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

D I S P A R I T I O N SSANDRINE BETTINELLI J'ai regardé cette femme. De dos, elle me ressemblait un peu.
Elle est sortie de cet immeuble gris, elle a descendu la rue. Elle a tourné, elle a disparu.
Ce n'était pas moi.
Moi, je reste là et je regarde les passants. Je bois mon café, je regarde à travers la vitre et je me demande où ils vont. Surtout les femmes. Je ne sais pas où aller. Alors je pose la tasse vide mais je ne me lève pas. Je reste encore et encore dans les odeurs de cigarettes.
Un homme passe, il en croise un autre, quelque chose tombe, le premier homme se baisse, l'autre aussi, le second la ramasse et lui tend, ils échangent deux mots et se croisent enfin, poursuivent leur route, s'éloignant l'un de l'autre, jusqu'à ce que je doive choisir lequel suivre des yeux. Je regarde mes mains. Je n'aime pas le chemin des choix.
Je ne veux pas prendre une route. Je reste là.
Une femme sort de cet immeuble orange, en plissant les yeux, de face, elle me ressemble un peu. Je crois. Je ne sais plus très bien à quoi je ressemble en fait. Dans ma tête, je sais. Mais les autres ne voient pas ce que je suis dans ma tête. Sur la vitre, si je me recule un peu, je peux voir mon reflet très flou. La femme traverse sur le passage piétons. Je me décale un peu et place mon reflet sur son visage. L'un sur l'autre, deux visages, deux femmes brunes, quelconques, nous nous ressemblons un peu.
Elle s'approche du café, je détourne les yeux. Elle lit quelque chose, en haut à droite pour moi, à gauche pour elle. La carte ?
Elle entre dans le café. Elle vient vers moi. Est-ce que je la connais ? Va-t-elle me saluer ? "Je suis désolée mais je ne me souviens pas...Me demander pourquoi je la dévisageais ? Mais non, je regardais la rue, juste la rue. La rue et ses hommes, ses femmes qui passent, d'un pas décidé.
Elle me dépasse et s'assied derrière moi. Je ne la vois plus.
Quand elle sortira, je la suivrai. Elle doit savoir où aller. Elle choisira une rue, tournera au coin.
Puis nous disparaîtrons.

 

D ' A U T R E S   2 0   M I N U T E S

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E