Boutique    |   Articles    |    Listes    |   Suggestions   |   Accueil
Nos livres    |   
Newsletter   |   Facebook   |   Contact   |   La belle colère

.

Le Séducteur de Jan Kjærstad,
une merveille romanesque venue de Norvège.

Fanny Ardant invite Monsieur Toussaint Louverture
à La Grande Librairie, irréel !

.

2 0   M I N U T E S
A V A N T
   I M P A C T

PAR BENOÎT BENZÉNE

- - - -

Le colonel Easy F. Forward de la flotte impériale fait face au conseil de crise. Il a gardé ses mains sur les cuisses. Il est gêné, il est embarrassé, il a la sensation d’avoir des bras en trop et de ne pas savoir qu’en faire. Le président Weller finit de vider son verre et le repose sur la table en fibre métallique.

- Le conseil vous écoute, Colonel. Où en sont vos recherches ?

Vaguement, Easy se dit que c’est à lui de prendre la parole. Il est bien mal parti avec sa grosse boule dans la gorge et le temps qui tourne. Il reprend son souffle et lâche l’information que ses techniciens lui ont rapporté.

- Il ne nous reste que 16 minutes 30 avant la destruction quasi-complète de la planète, monsieur Le Président. (Si le texte est lu, ou joué, on doit bien sentir la majuscule).

Le Président penche la tête vers le conseiller militaire.

- Vous avez toute confiance dans ce guignol ?
- Son équipe est réputée compétente. La plupart de ses rapports sont étayés.
- La fin du monde dans 20 minutes ?

Le président toise Easy Forward.

- Vous voulez rire, mon jeune ami ?
- Il reste moins que ça maintenant, président, si je peux me permettre. Il ne reste que 13 minutes…
- Mais expliquez-vous, bon sang !
- La météorite géante classique, président. Tu permets que je t’appelle Bob maintenant que nous allons être égaux ?
Le président semble ne pas y croire.
- Pourquoi la quasi-totalité ? Il va y avoir un lieu épargné ?
- Si tout va bien, la partie diamétralement opposée du point de l’impact sur la planète devrait résister, selon une proportion qui va varier en fonction de l’intensité du choc.

Le conseiller militaire s’osa auprès du Président.

- Vous voyez, il est compétent. C’est pourtant clair, Robert. Vous n’êtes plus le président de rien. Nous y voilà ! L’Armaggedon. Easy, où va tomber la météorite ?

Easy danse d’un pied sur l’autre.

- C’est là le truc marrant, Bob. D’après nos calculs, qui sont précis au mètre carré près, nous nous trouvons vous et moi dans un lieu qui est sur la ligne de probabilité.
- Ça veut dire quoi, ce charabia ?
- Que selon l’endroit et la force de l’impact, il y aura plus ou moins de dévastation, selon des directions plus ou moins calculables, avec des facteurs météorologiques inédits. Il se peut que nous soyons épargnés, il se peut que nous périssions très rapidement, il se peut que nous soyons sur la limite. Dans tout les cas, ça sera rapide et douloureux. Il ne nous reste que 8 minutes, président.

Un silence absolu se pose sur la pièce, que l’officier de renseignements décide de trancher aussitôt.

- Messieurs, ne vous l’avais-je pas dit ? La météorite classique. Ah ah ah ! Une petite boule de Terre, voilà sur quoi nous sommes posés, messieurs.

Le président.

- Marguerite, votre gueule, merde !

Le conseiller militaire.

- C’est bon, Maggy, vous aviez raison, et après ?

Marguerite se lève et s’approche d’Easy. Lui, il est cuit, confit dans sa sueur.

- (au Président) Mes respects, Robert ! (au conseiller) Ne m’appelez plus jamais Maggy ! (à Easy) On y va, Easy ?
- On va où ?
- Dans un coin paisible. Se faire un petit câlin En attendant le verdict des probabilités.
- Ça me va.

Easy et Marguerite s’éloignent très franchement du Président et du conseiller, qui restent comme deux malheureux autour de la table de la salle de réunion. Cette salle qui dans 2 minutes ne sera peut-être plus qu’un puits de cendres. Aucun des deux n’ose parler. Pour dire quoi ? Le président s’y risque quand même.

- Fait pas chaud, hein ?
- Non. Ça a fraîchi. On sent que ça se couvre.
- En même temps, c’est normal.
- Vous y croyez ? Vous croyez qu’on sera épargnés ?
- Aucune idée…

00 : 00 – Impact.

La salle de réunion et plus de la moitié du bâtiment ont été arrachés. La buanderie est intacte.
D’un même mouvement, Easy et Marguerite relèvent la tête. 

 


D ' A U T R E S   2 0   M I N U T E S

 

.

V O U S   Ê T E S   S U R   L E    S I T E   D E S   É D I T I O N S
M O N S I E U R   T O U S S A I N T   L O U V E R T U R E